Logements neufs livrés dans un piteux état Déjà un scandale à Draâ Errich «Smartcity», «ville verte», «pôle urbain d’excellence», «ville écolo» … Les adjectifs et noms pompeux utilisés par les autorités pour désigner la nouvelle ville de Draâ Errich à Annaba ne manquent pas.

Attendue avec la plus grande impatience par les citoyens d’Annaba, cette nouvelle ville est porteuse de nombreux espoirs pour des dizaines de milliers de demandeurs de logements de la wilaya. Mais une vidéo sombre est venue dans la soirée d’avant-hier, perturber le ciel bleu de la nouvelle «smartcity» de la wilaya d’Annaba. Une vidéo qui s’est répandue, comme une traînée de poudre, sur le plus célèbre des réseaux sociaux.

En effet, quelques heures à peine après sa mise en ligne, la vidéo a été visionnée plus de fois que la wilaya d’Annaba ne compte d’habitants. Sur la vidéo en question, on voit deux jeunes hommes montrer des plans larges de la Nouvelle ville, pour prouver qu’il s’agit bien de Draâ Errich. Les deux citoyens en question pénètrent la cage d’escalier avant de regagner l’un des appartements où se trouvait un troisième homme muni de matériel de bricolage. Les trois jeunes avaient, au préalable, gratté les couches de peinture et de plâtre pour montrer les nombreuses malfaçons qui marquent la réalisation de ces logements AADL.

Dès qu’ils ont fini d’enlever la peinture et le plâtre, les briques pouvaient s’enlever à main nue. Il suffisait de tapoter un peu le mur pour que les briques qui le composent s’effondrent comme un château de carte. Les trois auteurs de cette vidéo ont voulu dénoncer ce qu’ils ont qualifié d’arnaque. Ce qui était censé être du béton armé pouvait être démoli à main nue pour redevenir poussière. «Un béton armé essentiellement composé de sable», disait l’un des auteurs de la vidéo. «C’est ça l’ADDL ? Ma baraque au bidonville est beaucoup plus solide que ça», dénonçait l’un d’entre eux. Si l’on se réfère aux auteurs de la vidéo, il s’agit de la cité 2.500 logements AADL. L’organisme national du contrôle technique de la construction (CTC) n’a-t-il pas fait son travail ? S’agit-il d’un cas isolé ? Les autorités locales vont-elles ordonner l’ouverture d’une enquête sur l’entreprise chinoise responsable du projet ? Le bureau d’étude chargé du suivi et les organismes de contrôle de la qualité ? Ou bien l’affaire sera-t-elle, comme cela est souvent le cas, enterrée avant même de voir le jour ? Seul l’avenir nous le dira. Mais une chose est bien certaine, cette vidéo n’est pas sans conséquence sur le moral des milliers de souscripteurs au logement qui attendent avec la plus grande impatience d’être relogés à Draâ Errich, à l’image du premier quota des bénéficiaires des 7.000 logements sociaux qui pourront intégrer leurs logements à la veille de l’Aïd El-Adha.

Mustapha B.