C’est un véritable gâchis économique. 80 % des parts du marché de la saison du Hadj 2018 ont échappé à Air Algérie, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes proches de la direction générale d’Air Algérie. En effet, la majorité des pèlerins algériens n’ont pas voyagé à bord des avions de la compagnie battant pavillon national. 

Et pourtant, Air Algérie a prévu dans son programme pour cette saison 2018 du pèlerinage pas moins de 64 vols vers Les Lieux Saints de l’Islam. Mais ces vols ne représentent qu’une infime partie des 120 dessertes aériennes qui relient l’Algérie à l’Arabie Saoudite. La compagnie saoudienne  Saudi Arabian Airlines a profité largement de cette saison du Hadj 2018 avec 56 autres vols mis en place sans oublier ses 4 vols réguliers qui relient Alger à Djeddah. La compagnie saoudienne a fait un tabac en engrangeant d’importantes parts de marché grâce à une meilleure organisation par rapport à Air Algérie qui se retrouve totalement distancée par ses concurrents dans ce segment de marchés. Une contre-performance qui s’explique par une criante mauvaise gestion d’Air Algérie.

En effet, la Turkish Airlines, la Qataria Airways ou la petite compagnie aérienne saoudienne Flynes ont séduit davantage les 36 mille pèlerins algériens qui se sont déplacés cette année vers les Lieux Saints. Ce qui représente une énorme perte financière pour Air Algérie qui laisse filer ainsi un gâteau estimé à environ 18 millions d’euros, a-t-on constaté au cours de nos investigations.

Il s’agit d’un préjudice dommageable pour Air Algérie qui aurait pu profiter de cette saison Hadj 2018 pour renflouer ses caisses en souffrance en cette période de crise financière où la compagnie nationale enregistre un déficit de près de 100 millions de dollars.