C’est une image qui résume à elle seule le peu de considération que la compagnie aérienne française fait preuve à l’égard des voyageurs Algériens. Le 28 juillet dernier, sur l’un des multiples vols qui relient l’Algérie à la France, l’équipage d’Aigle Azur a fourni à nos compatriotes de la nourriture périmée comme le montre clairement cette photo prise par un lecteur d’Algérie Part révolté par cet écart indélicat. 

Des aliments et des sandwichs périmés à bord d’un avion d’Aigle Azur alors que les voyageurs algériens sont contraints de payer leurs billets à des prix indécemment élevés, à savoir au-delà de 400, voire 500 euros. Ces prix flirtent même avec les 600 euros lors de certaines périodes du mois d’août.

A ce prix-là, le voyageur algérien ne mérite-t-il pas au moins une nourriture saine et de qualité ? Selon plusieurs témoignages concordants, ce n’est pas la première fois que la compagnie française se comporte avec une telle indélicatesse envers les voyageurs algériens. Plusieurs anomalies de ce genre ont été signalées et déplorées à maintes reprises.

Et pourtant, le marché algérien est une véritable poule aux oeufs d’or pour Aigle Azur. Fin 2016, une étude du cabinet britannique OAG Air Travel Intelligence a dévoilé que cette compagnie française détient pas moins de 31% des sièges enregistrés vers la France. C’est la deuxième compagnie au niveau de ce segment après Air Algérie qui détient 54 % des sièges enregistrés vers la France.