Comme il a été rapporté récemment par Algérie Part,  conforté dans sa position, le patron de Sonatrach, Abdelmoumène Ould-Keddour, a procédé à de grands changements au sein de la compagnie.

Comme il a été révélé précédemment par Algérie Part, Reuters a fait savoir ce lundi que des figures de la compagnie pétrolière publique ont été remplacées par le patron de l’entreprise. Il s’agit notamment de  Salah Mekmouche, directeur de l’exploration, de Larbi Bey-Slimane, directeur des transports par canalisation, Farid Ghezali, directeur de la stratégie et de Ahmed Mazighi, responsable des affaires commerciales.

Ces nouveaux remplacements entrent dans le cadre du renforcement du pouvoir de Abdelmoumen Ould-Keddour qui veut ainsi installer ses propres équipes pour avoir les coudées franches dans la gestion de l’entreprise la plus stratégique du pays. En tout, huit  vice-présidents ont été remplacés, indique une source interne à Sonatrach Mais aucun nom n’est pour l’instant rendu public. « Les nominations doivent encore être validées par un décret présidentiel, mais les dirigeants ont déjà commencé » à travailler, précise la même source.

Depuis son arrivée à la tête de la compagnie nationale, Abdelmoumène Ould-Keddour a fait du retour à la confiance parmi les cadres de l’entreprise un axe de travail. « Nous avons perdu des milliers de personnes expérimentées et talentueuses, principalement parce que nous ne pouvons pas leur offrir un salaire équivalent à ceux donnés dans le Golfe et dans d’autres pays », s’était désolé le PDG lors d’une précédente sortie médiatique. Il avait, d’ailleurs, indiqué que Sonatrach avait perdu près de 10 000 cadres à cause des salaires, mais également à cause d’une mauvaise gestion des ressources humaines au sein d’une compagnie qui compte près de 200 mille collaborateurs dans l’ensemble de toutes ses filiales. Un chiffre énorme comparé à ceux des grandes compagnies pétrolières dans le monde.