Pour faire entendre leur voix, de petits partis politiques vont se réunir, mercredi à Alger, pour afficher publiquement leur « soutien » à Abdelaziz Bouteflika dans sa quête d’un nouveau mandat à la tête de l’Etat. Quinze formations politiques vont se rencontrer ce mercredi au siège de l’ANR, Alliance nationale républicaine, à Alger, pour « réaffirmer » leur appui à «la poursuite de l’œuvre » du chef de l’Etat. Ils vont relancer l’appel pour pousser le chef de l’Etat à se représenter pour un cinquième mandat présidentiel.

Parmi ces partis, se trouvent, en plus de l’ANR, de petites formations politiques. C’est le cas de karama, de Mohamed Benhamou et d’autres petites formations, essentiellement créées après 2012. Des formations politiques qui n’existent que lors des rendez-vous électoraux ou pour appuyer les options du Chef de l’Etat.

En revanche, aucun des grands partis politiques proches du chef de l’Etat n’est convié à cette rencontre. Ni le FLN, ni le RND, ni même pas le MPA et TAJ ne feront partie de ce rassemblement de partis qui ont apparemment tous un point commun : tenter de braquer les projecteurs sur eux et exister médiatement. Surtout que la période s’y prête, puisque la majorité des grandes figures de la classe politique est en congé.

Lors des semaines précédentes, certains de ces partis, à commencer par l’ANR, ont participé à des rencontres organisées avec d’autres formations politiques proches du Chef de l’Etat. L’objectif était le même : appuyer l’appel du FLN et du RND pour que le chef de l’Etat brigue un nouveau mandat présidentiel.