C’était lors du 6e festival mondial de la jeunesse et de l’étudiant tenu à Moscou en 1957, et plus précisément du 28 juillet au 11 Août 1957, quand la délégation sportive estudiantine de l’UGEMA, “Union général des étudiants musulmans algériens”, avait prit part sous la houlette de Mohamed El Mokrani Boumezrag à cet événement planétaire. 

Une participation historique dans le seul et unique espoir de convaincre les organisateurs soviétiques de présenter la délégation Algérienne avec son drapeau indépendantiste durant la cérémonie d’ouverture. La réussite de cette manœuvre et la première dans son genre depuis le déclenchement de la guerre d’Indépendance, signifiera sans aucun doute, un succès diplomatique sans précédent auprès de l’opinion international dont la première apparition officielle de l’emblème national dans un événement sportif de grande envergure.

Comptant sur le soutien de l’Union Soviétique pour s’interposer devant la puissance politique du colonialisme et ses alliés, il fallait notamment trouver composante idéale pour constituer une équipe de football qui pourrait faire bonne figure et ce, afin de pouvoir garantir la sympathie du public et  celle des 130  nations présentes dans cette 6e édition des jeux.

Mais le blocus imposé en Algérie à l’encontre de la communauté estudiantine universitaire et collégienne, suite à la grève du 19 Mai 1956, cette mission fut très compliquée et assez délicate et la solution de recourir aux jeunes étudiants sportifs algériens qui résidaient à l’étranger semblait être la plus adéquate. C’est ainsi que, le défunt Mohamed Khemisti, futur ministre des Affaires étrangères au GPRA, s’est engagé de prendre soin de cette opération dans la discrétion la plus absolue et finit après un parcours héroïque de conduire notre délégation nationaliste pour son premier défilé historique en présence de l’ex président de l’Union Soviétique, Nikita Kroutchev, au grand stade olympique de Moscou sous les couleurs de l’emblème national et bien évidemment en portant ce valeureux message : nous sommes l’Algérie Indépendante.

Composée de Larbi Mekhalfa et des jeunes joueurs qui évoluent à l’étranger, à l’instar du regretté Abdelghani Zitouni, la délégation algérienne s’est très vite distinguée à travers les encouragements de ses ressortissant présents dans la capitale soviétique qui portaient des parapluies aux couleurs vert et rouge, synonyme de l’indépendance en défiant la colère diplomatique du colonialisme français.

Victorieux (8-1) face à l’Italie suivie d’une écrasante victoire (15-1) contre l’Autriche, et un nul (4-4) face au pays hôte, les nationalistes algériens étrillent leur ennemi juré la France en l’occurrence, sur le score de (14-4). Soutenus en masse, à l’issue de cette rencontre, le public russe envahit le terrain et portent en triomphe les joueurs algériens, en ouvrant une fois de plus ces fameux parapluies aux couleurs de l’indépendance provoquant ainsi le trouble dans le stade au grand dam des Français. À cet instant précis, les responsables politiques qui accompagnaient la sélection estudiantine nationaliste et a leur tête le révolutionnaire Mohamed Boumezrag el Mokrani, mesuraient tout de suite la portée de ce qui vient de se passer et décident de mettre sur pied une équipe de football composée essentiellement des joueurs professionnels qui sera constituée une année plus tard, le 13 Avril 1958 à Tunis. Cette dernière marquera à jamais l’histoire en gravant en lettres d’or le nom de la glorieuse équipe nationale du FLN.

 

Belkheir Abderrezak