Miloud Mokran, ex-conseiller à à la Présidence de la République du temps de Liamine Zeroual, s’en tiré miraculeusement alors qu’il aurait pu croupir en prison pour le restant de ses jours. Le 21 août 2016, à 21 h 30, cet ex-conseiller proche de plusieurs hauts responsables politiques et réputé pour sa nervosité légendaire avait commis un acte terrible qui avait secoué la paisible localité balnéaire de Beni Haoua, dans la wilaya de Chlef.

Ce jour-là, l’ex-conseiller, relevé par Abdelaziz Bouteflika, sort son pistolet et tire six balles sur son cousin, le jeune Nabil Youssfi, un Algérien d’une trentaine d’années établi en Angleterre où il gère un garage de mécanique. 6 balles tirées suite à une simple dispute avec son cousin, Miloud Mokran, ex-conseiller à à la Présidence de la République du temps de Liamine Zeroual. Le motif de la rixe est d’une banalité affligeante. Nabil a maladroitement stationné devant le domicile de l’ex-conseiller.

L’ex-conseiller, après avoir vidé son chargeur, s’est tourné vers l’épouse de Nabil et l’a frappée brutalement au visage. Un autre cousin a tenté de s’interposer, mais l’agresseur, toujours bouillant de colère, a plaqué son pistolet sur sa tempe. Il a tenté de tirer, mais son chargeur ne contenait plus aucune balle. Dans le sillage de sa colère incontrôlable, Miloud Mokran a failli assassiner froidement son cousin et une deuxième victime comme il a été raconté dans ce témoigne vidéo inédit au cours duquel la victime Nabil Youssfi s’était confiée à nous pour raconter dans les moindres détails toute l’horreur qui lui a été infligée par cet ex-conseiller puissant.

Depuis la médiatisation de ce scandale, Miloud Mokran n’est peut-être plus puissant, mais il bénéficie encore et toujours d’une incroyable impunité. Et pour cause, depuis août 2016, de l’eau a coulé sous les ponts. La famille de l’ancien conseiller à la Présidence a réussi de manière extraordinaire à étouffer ce scandale en persuadant la victime de retirer sa plainte. Et dans cette histoire, il s’est avéré que l’argent fut un bon moyen de persuasion. Nous avons effectivement appris au cours de nos investigations que la famille de Miloud Mokran a déboursé la modique somme de 3 milliards de centimes pour compenser les souffrances infligées à la victime Nabil Youssfi. Cette somme a été payée en deux tranches. De fortes pressions familiales ont été également exercées sur la victime et ses proches pour les contraindre d’annuler les poursuites judiciaires qui auraient pu mener Miloud Mokran tout droit vers la prison. Le dénouement de ce scandale fut donc une impunité totale pour l’ex-conseiller à la Présidence. Quant à la justice, elle n’est jamais sortie de son mutisme préférant léguer à la traditionnelle “omerta algérienne” cette tentative abjecte de meurtre.