Algérie Part a révélé récemment des documents exclusifs dévoilant comment de l’huile en vrac de la marque AFIA a été transportée dans des camions de carburant appartenant au milliardaire Abdelmalek Sahraoui, l’un des oligarques les plus influents en Algérie et membre actif du FCE, le patronat algérien. 

A la suite de notre article, le directeur général d’AFIA International Algérie a pris attache avec la rédaction d’Algérie Part pour fournir des explications détaillées. Nommé à la tête du fabricant Afia depuis à peine 6 mois a reconnu que son entreprise travaille depuis des années avec le milliardaire et député FLN controversé Abdelmalek Sahraoui. AFIA loue régulièrement 13 camions appartenant l’une des entreprises d’Abdelmalek Sahraoui pour la somme de 150 millions de centimes par mois.

Or, cette entreprise s’appelle Trans Ouest basée à Oran. Et le manager d’Afia international jure qu’un organisme de contrôle indépendant est chargé de contrôler régulièrement les citernes employées par l’entreprise Abdelmalek Sahraoui pour transporter de l’huile de table qui sera consommée plus tard par les consommateurs algériens.

Cependant, les documents en possession d’Algérie Part indiquent clairement que la société utilisée par Abdelmalek Sahraoui pour réaliser ses prestations de service s’appelle Algerian Petroleum Industry (API). Et elle n’est nullement agréée pour transporter des produits alimentaires. Ses camions citernes sont conçus uniquement pour transporter des produits pétroliers et pétrochimiques. Ce qui représente un immense danger d’intoxication pour la santé des consommateurs algériens.

Face à cette vérité prouvée par nos soins, le directeur général d’Afia International n’a fourni aucun élément de réponses affirmant uniquement qu’il n’était pas aux commandes de son entreprise à l’époque de ces faits. Quant au député-milliardaire Abdelmalek Sahraoui, il se comporte toujours avec une indifférence honteuse en refusant de répondre à nos questions pour rendre des comptes aux consommateurs algériens dont la vie et la santé sont tout de même en jeu.

L’indifférence des autorités envers ceux qui pensent que le pouvoir de l’argent peut permettre de jouir d’une impunité est tout simplement inacceptable.

Algérie Part n’est pas, pour autant, découragé et poursuivra ses investigations sur ce scandale.