En dépit de tous les investissements consentis, Ooredoo Algérie a subi une importante contre-performance au niveau de son bilan financier. Preuve en est, en une année, Ooredoo a perdu près de 400 mille abonnés en Algérie. 

C’est du moins ce qui ressort de son bilan financier du 1er semestre 2018 où Ooredoo a enregistré 13,6 millions d’abonnés. Durant la même période en 2017, Ooredoo comptait pas moins de 14 millions d’abonnés. Par ailleurs, en 2017,  les revenus de l’entreprise se sont établis à 52,3 milliards de dinars durant les six premiers mois de l’année. En 2018, ces revenus ont atteint à peine 44,2 milliards de DA durant le premier semestre de l’année. Soit une baisse de près de 8 milliards de Da, soit près de 70 millions d’euros ! Une véritable contre-performance que la direction générale d’Ooredoo Algérie a totalement maquillée en exerçant un très fort lobbying auprès des médias algériens arrosés de publicité.

Le résultat avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (Ebitda) a été de 23,4 milliards de dinars au 1er semestre 2017. Durant la même période de 2018, le résultat de l’EBITDA a été uniquement de 17,5 milliards de Da, soit une autre baisse de près de 6 milliards de Da, soit près de 55 millions d’euros.

Et pourtant, Ooredoo Algérie a renforcé ses investissements depuis le début  de cette année. Durant les six premiers mois de l’année 2018, Ooredoo Algérie a investi 7,8 milliards de dinars algériens notamment dans le renforcement et la modernisation de ses équipements réseau 3G et 4G contre 3,5 milliard de dinars algériens pour la même période de l’année 2017. Des investissements qui n’ont rapporté aucun résultat positif à Ooredoo, un opérateur qui peine à se relever d’une véritable crise depuis le départ controversé et brutal de son ex DG, le hollandais Hendrik Kasteel.