A l’hôpital d’Hussein Dey, l’un des plus importants hôpitaux de la capitale Alger, la décision d’attribution des lots n°01/02 suite au lancement de l’appel d’offres national ouvert n°07/2016 suscite une énorme polémique. Et pour cause, le bureau des marchés du CHU d’Hussein Dey a attribué ce marché à une entreprise privée qui n’a pas présenté l’offre la moins disante, a-t-on appris au cours de nos investigations. 

Pis encore, l’écart entre la société sélectionnée et son deuxième concurrent est de presque 12 millions de DA ! Il s’agit d’un marché qui a bénéficié d’une enveloppe budgétaire importante allouée en 2016. Un marché d’acquisition d’implants, de gels viscoélastiques et de couteaux. La Commission Sectorielle des Marchés au ministère de la Santé a été officiellement saisie par la deuxième entreprise pharmaceutique privée qui dénonce une « concurrence déloyale ».  Un recours a été introduit pour revoir l’attribution de ce marché au CHU d’Hussein Dey en raison des soupçons de corruption et de favoritisme qu’il soulève aux yeux de plusieurs observateurs.

Il est à noter que le lot n° 1 de ce marché a été attribué à la SPA ABC COS  pour un montant de 5 313 700.08 DA TTC/Max:6 155 421.48 DA TTC avec une note obtenue  92/100 (technique : 52/60, financière : 40/40). Quant au Lot n°2, il a été attribué à la SARL 2MS  pour un montant de Min:14.518.850.00DA TTC/Max:17 240 100.00DA
TTC avec une note obtenue : 75.66/100 (technique : 35.66/60, financière : 40/40).

 

Il faut savoir à ce sujet que le code des marchés publics en Algérie interdit aux personnes affiliées de près ou de loin aux soumissionnaires de s’impliquer directement ou indirectement dans les différentes étapes de l’appel d’offres. Il est également exigé que la désignation des produits ne soit pas orientée pour favoriser certaines marques par rapport à d’autres. Il est interdit aussi de recourir aux procédures d’achat de prescription. L’administration du CHU d’Hussein Dey est fortement soupçonnée de ne pas avoir respecté ces importantes dispositions qui visent à lutter contre les malversations financières.

Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra sur ce sujet avec de nouvelles révélations.