Malgré la crise économique, des dizaines de fonctionnaires peuvent se sentir soulagés. La direction générale de la Fonction publique a accepté de permaniser au moins 120 000 fonctionnaires travaillant dans le secteur de la Santé.

Selon plusieurs sources concordantes, ce sont donc pas moins de 120 000 fonctionnaires, sur 170000 agents concernés, qui verront leurs contrats passer du stade de Contrat à durée déterminée à celle de durée indéterminée. D’après nos sources, il s’agit d’’agents d’entretiens, de chauffeurs, de l’intendance et des gardiens qui travaillent dans les services « décentralisés » du ministère de la Santé. Autrement dit, ce sont les petites mains qu’on trouve dans des hôpitaux, cliniques et centres de santé éparpillés dans les quatre coins du pays.

Les services de la Fonction publique ont pris cette décision pour garder un minimum de bon fonctionnement dans les établissements dépendant du ministère de la Santé. Beaucoup de ces structures manquent, en effet, d’hygiène et leur matériel se trouve dans une situation de dégradation avancée. C’est le cas du matériel médical, dont l’entretien revient à des agents spécialisés, mais également au petit mobilier comme les tabourets, bureaux des salles d’attentes et les canalisations. Pis, dans certains établissements, la vétusté des installations est tellement effrayante que les citoyens évitent d’y aller.

Accorder un statut de permanent à ces agents permettra-t-il d’améliorer la prestation des hôpitaux et centres de santé ?