Malgré un discours rassurant, le gouvernement est loin d’atteindre ses objectifs en matière de performances économiques. Ainsi, selon les chiffres de l’office national des statistiques, ONS, le taux de croissance du PIB n’a pas dépassé 1,3% durant les 6 premiers mois de l’année en cours. Le gouvernement tablait sur une croissance de 3,4% durant toute l’année en cours.

Ce rétrécissement de la croissance est provoqué  essentiellement par un recul de la  croissance dans le secteur des hydrocarbures avec une baisse de 2% par rapport au même trimestre de 2017. En revanche, les autres secteurs ont connu une croissance plus positive. Ainsi, la croissance a été de 4,2% dans l’agriculture et pêche, de 4,7%  dans le BTPH (y compris services et travaux publics pétroliers dont la croissance a été de 2%) et de 4,1% dans l’industrie, précise l’ONS.

Concernant l’industrie, sur les dix (10) branches industrielles, cinq (5)  ont connu une croissance positive. Il s’agit des filières des Matériaux de construction construction (+12,1%), de l’Eau et l’Energie (+8,2%), de l’Industrie Agroalimentaire (+6,1%), de la Chimie, plastique et caoutchouc (+3%) et du Bois, papier et liège (+1,8%). la croissance a été de 3,1%.

La croissance a été de de 6,6% dans les Transports et communications, de 0,5% dans le Commerce, de 3,8% dans les Services fournis aux entreprises, de 3,3% dans les Services fournis aux ménages, alors qu’elle a été négative dans les Hôtels-Cafés-Restaurants (-1,3%).