L’été 2018 est décidément caniculaire en Algérie. Preuve en est, la wilaya de Ouargla, au sud du pays, a enregistré, début juillet, un record de températures avec 51,3 degrés, soit la température la plus élevée enregistrée sur le continent africain durant cette période, a révélé  jeudi Mme Houaria Benrekta, prévisionniste à l’Office national de météorologie (ONM).

Ce pic de chaleur a été enregistré le 5 juillet à 15h04, a précisé Mme Benrekta, soulignant que cette température est la plus élevée enregistrée en Afrique durant la première quinzaine de juillet par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Les autres régions du pays ne sont pas en reste, puisque des températures assez élevées ont été enregistrées suite à la vague de chaleur caniculaire qui frappe le territoire national depuis le début du mois en cours.

La même responsable de l’ONM a reconnu également que les températures affichées ne sont pas celles forcément ressenties par les Algériens. Et pour cause, une température relevée en plein soleil sur un balcon d’immeuble sera “beaucoup plus élevée” qu’une température relevée par une sonde thermométrique à l’extérieur d’une voiture. Celle-ci sera elle-même plus élevée que celle observée à l’ombre dans un jardin, explique cette experte. Celle-ci a souligné enfin que pour éviter ces fluctuations en fonction du milieu d’observation, la mesure des températures en météorologiques “doit répondre à des normes très précises”.