De prime abord, et à la lecture de votre article concernant notre revendication et le recours au droit à la grève, nous nous étonnons qu’un journaliste aussi averti et habitué à rédiger des articles et rapporter des faits seulement sur la base de preuves concrètes puisse traiter d’une actualité aussi sensible en se basant sur des « On dit » ou des dires d’un quelconque responsable dont la seule préoccupation et de se maintenir dans ses positions, ses fonctions et profiter des largesses de la compagnie en ayant recours à n’importe quel moyen même au point de diaboliser et tenir des propos insultants à l’encontre de toute une corporation, de son syndicat, et salir leur réputation vis-à-vis des autorités et de l’opinion publique.

 

En deuxième lieu nous tenons à corriger les informations erronées qui vous ont été soufflées par cette source.

 

  1. Le recours au droit à la grève a été notre ultime solution après plus d’une année et demi de silence, d’ignorance et d’immobilisme de la part de la Direction Générale,

 

  1. Nous vous rappelons que le N.T.M.A. a signé avec la Direction Générale un accord en date du 16 Mai 2017, dont la butée était fixée au 31 Décembre 2017, pour rétablir la corporation des Mécaniciens et Ingénieurs de la Maintenance Avions dans ses droits par rapport à ce qui est dictée dans la convention Collective,

 

  1. Malheureusement la Direction Générale a brillé par ses intentions malsaines et calculatrices usant de tous les artifices pour tromper notre corporation, en essayant de gagner du temps et nous noyer dans l’oubli temporel,

 

  1. Nous n’avons jamais chiffré notre revendication salariale, et notre demande se base sur le retour vers les ratios, entre notre corporation et les autres corporations spécifiques, dictés par la convention collective elle-même inspirée des standards internationaux relatifs au domaine de l’aéronautique,

 

  1. Les congés de 45 jours sont une particularité des personnels navigants et non pas des Mécaniciens et Ingénieurs de la maintenance Avions, qui eux, n’ont droit qu’au congé standard de 30 jours,

 

  1. Le régime de travail de brigade n’est pas un privilège mais un régime imposé par l’employeur et par notre métier dont la mission est d’assurer la disponibilité des aéronefs d’une manière non-stop. Ce régime et au contraire un fardeau pour nous étant donné qu’il nous prive des privilèges dont puisse jouir le commun des mortels, comme les jours fériés, les fêtes, les nuits, etc.

 

  1. Concernant l’invitation de la Direction Générale, notre réponse a été transmise via notre communiqué n°16/18 et qui a été très claire à ce sujet,

 

  1. Enfin, nous tenons à préciser que notre objectif n’est pas la grève mais aboutir à nos revendications qui ont été reconnues par les autorités comme étant justes et légitimes, et recouvrir nos droits.

 

Le Conseil National du Syndicat national des techniciens de maintenance avions (SNTMA)