A Béjaïa, les scandales se suivent mais ne se ressemblent pas. Ainsi, on apprend, par le biais du député du FFS Chaffaâ Bouaiche, que des projets, réalisés dans l’illégalité, ont été « autorisés » par les autorités actuelles de la wilaya. “Les autorités de la wilaya de Béjaia viennent de régulariser, en toute illégalité, 35 concessions données par l’ancien Wali Ahmed HAMOU Touhami (…) dans le cadre de “l’investissement touristique”, dans la région de SAKET, AOKAS, TOUDJA, MELBOU… A Saket, même le camp de toile appartenant à l’APC de Béjaia a été cédé !”, écrit le parlementaire sur sa page Facebook.

“Les Walis Zitouti et Mohamed Hattab avaient refusé de signer des arrêtés de régularisation d’une situation pourrie”, a ajouté le député qui s’interroge sur le sens de cette décision prise par les autorités de la wilaya de Béjaïa.

Dans plusieurs localités de la wilaya de Béjaïa, des citoyens ont manifesté, à plusieurs reprises, pour protester contre l’exploitation du foncier à des fins d’investissements inutiles. Les directions de la wilaya, à commencer par la direction de la pêche et des DUCH, n’avaient pas donné d’accord parce que la majorité des projets empiètent sur le domaine maritime de l’Etat ou menacent carrément l’environnement. Pis, selon des sources locales, dans certains endroits, ce sont des terrains qui appartiennent à la collectivité qui on été accordés à des hommes d’affaires pour des investissements contestés.

Tous ces accords ont été délivrés du temps où Hamou-Touhami était wali de Béjaïa avant d’être nommé à Ain-Temouchent où la réputation l’a suivi. Il est actuellement à la retraite.