En pleine polémique sur le rôle de certains magistrats dans le scandale de la cocaïne, la présidence de la République annonce un vaste remaniement dans le corps de la magistrature. Pas moins de 13 cours ont vu leur président changer. Huit procureurs de la République ont également été nommés.

Ainsi, les Cours de Boumerdès, Sétif, Tarf, M’sila, Batna, Khanchela et Mascara ont, entre autres, de nouveaux présidents. Certains des responsables nommés sont mutés d’une wilaya à une autre. C’est le cas du président de la Cour de Mascara qui est nommé président de la Cours de Jijel. L’ancien président de la cour de M’sila change de poste et occupera désormais les mêmes fonctions dans la wilaya de Tébessa. L’ancien président de la Cour de Khenchela est muté dans la wilaya voisine de Batna.

Par contre, certains responsables ont été promus. C’est le cas du président du Tribunal de Constantine, qui devient désormais président de la Cour de Illizi. Le président de la chambre administrative du Tribunal de Saïda est quant à lui désigné président de la Cour de Boumerdès.

Par ailleurs, les nominations dans les corps des procureurs généraux a touché, entre autres, les Cours de Khenchela, Tipaza, Adrar, Ouargla, Ain-Defla et Ain-Temouchent. Il s’agit essentiellement des permutations entre les différentes cours concernées.

Ces changements ont-ils un lien avec l’affaire de la « cocaïne » ? Aucune source officielle n’a daigné nous répondre pour l’heure.