Le limogeage et les changements se poursuivent au sein de la gendarmerie nationale en Algerie. Nous avons appris aujourd’hui mercredi de la part de plusieurs sources concordantes qu’un nouveau commandant à été nommé à la tête du 4e commandement régional de la Gendarmerie nationale basé à Ouargla au sud du pays.

Il s’agit du général Remli Abdelkrim qui a été nommé Commandant du 4ème Commandement Régional de la Gendarmerie Nationale à Ouargla, en remplacement du Général Lalmas Mostapha. Ce changement a été confirmé officiellement dans un communiqué rendu public par le ministère de la Défense.

Cette décision entre dans le cadre d’un « plan de mutation pour l’année 2018 », reconnaît le ministère de la Défense. Un plan qui a connu la promotion de plusieurs colonels comme premier responsable des commandements régionaux de la Gendarmerie nationale en remplacement de plusieurs généraux âgés et naguère influents. Ainsi, à Tamanrasset, le colonel Kendoussi Abdelkader a été nommé en tant que Commandant du 6ème Commandement Régional de la Gendarmerie Nationale à Tamanrasset, en remplacement du Général Remli Abdelkrim.

Le 08 juillet dernier, le Général Ghali Belkecir a procécédé à l’installation du Colonel Smail Serhoud, en tant que Commandant du 5ème Commandement régional de la Gendarmerie nationale à Constantine, en succession au Général Tahar Meghalet.

Et le colonel Mohamed Triki, l’ancien directeur des unités constituées auprès du Commandement de la Gendarmerie nationale, a pris en main la direction du de la 2e commandement régional basé à Oran. Toutes ces décisions reflètent une nouvelle reconfiguration au sein de l’institution militaire qui fait peau neuve à l’approche d’une importance échéance politique déterminant l’avenir du pays : l’élection présidentielle de 2019. Ce rajeunissement des principaux responsables de la gendarmerie nationale est-il le début d’une mise à l’écart des caciques âgés de l’armée ? L’avenir nous le dira…