Le limogeage et les changements se poursuivent au sein de la gendarmerie nationale en Algerie. Nous avons appris aujourd’hui mercredi de la part de plusieurs sources concordantes qu’un nouveau commandant à été nommé à la tête du 4e commandement régional de la Gendarmerie nationale basé à Ouargla au sud du pays.

Il s’agit du général Remli Abdelkrim qui a été nommé Commandant du 4ème Commandement Régional de la Gendarmerie Nationale à Ouargla, en remplacement du Général Lalmas Mostapha. Ce changement a été confirmé officiellement dans un communiqué rendu public par le ministère de la Défense.

Cette décision entre dans le cadre d’un “plan de mutation pour l’année 2018”, reconnaît le ministère de la Défense. Un plan qui a connu la promotion de plusieurs colonels comme premier responsable des commandements régionaux de la Gendarmerie nationale en remplacement de plusieurs généraux âgés et naguère influents. Ainsi, à Tamanrasset, le colonel Kendoussi Abdelkader a été nommé en tant que Commandant du 6ème Commandement Régional de la Gendarmerie Nationale à Tamanrasset, en remplacement du Général Remli Abdelkrim.

Le 08 juillet dernier, le Général Ghali Belkecir a procécédé à l’installation du Colonel Smail Serhoud, en tant que Commandant du 5ème Commandement régional de la Gendarmerie nationale à Constantine, en succession au Général Tahar Meghalet.

Et le colonel Mohamed Triki, l’ancien directeur des unités constituées auprès du Commandement de la Gendarmerie nationale, a pris en main la direction du de la 2e commandement régional basé à Oran. Toutes ces décisions reflètent une nouvelle reconfiguration au sein de l’institution militaire qui fait peau neuve à l’approche d’une importance échéance politique déterminant l’avenir du pays : l’élection présidentielle de 2019. Ce rajeunissement des principaux responsables de la gendarmerie nationale est-il le début d’une mise à l’écart des caciques âgés de l’armée ? L’avenir nous le dira…