Malgré une longue condamnation, le blogueur Merzoug Touati ne baisse pas les bras. Il entame une grève de la faim, tandis que des personnalités de tous bords ont initié une pétition pour appeler les autorités à libérer le jeune homme, considéré comme un détenu d’opinion.

Les initiateurs de la pétition, dont le célèbre avocat, Mokrane Ait-Larbi et l’écrivain Boualem Sensal ou encore le directeur d’El Watan, Omar Belhouchet, demandent carrément la libération du jeune Merzoug touati, condamné par le tribunal de Béjaïa à une peine de 7
ans d’emprisonnement pour « intelligence » avec une puissance étrangère et « tentative de déstabilisation du pays ».

Les signataires de la pétition rappellent également le fait que le juge d’instruction ait reproché à Touati son opposition au régime. En parallèle, le blogueur, qui croupit en prison depuis au moins 18 mois, a entamé une grève de la faim pour dénoncer son maintien en
détention. Avant ces initiatives politiques, des manifestations de soutien au blogueur ont eu lieu notamment en Kabylie.