Les autorités judiciaires semblent avoir de sérieux problèmes avec les Ahmadis. Le chef de cette communauté en Algérie, Mohamed Fali, a été arrêté jeudi à Annaba par des policiers. L’avocat Salah Dabouz, qui a donné l’alerte, a indiqué que le téléphone de Fali ne répondait plus.

Ce n’est pas la première fois que cet homme, originaire de Ain-Sefra, dans la wilaya de Naâma, est arrêté par les autorités. En 2017, avait été arrêté devant chez lui et présenté devant la justice. «Mohamed Fali a été jugé, condamné, emprisonné et est actuellement poursuivi par plusieurs tribunaux de la République sur la base des mêmes accusations, à cause de ses croyances qui ne plaisent pas au ministre des Affaires religieuses», avait dénoncé, à l’époque Salah Dabouz. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et d’une amende de 100 000 DA pour « offense au prophète», de « collecte de fonds » et de «constitution d’une association sans autorisation ».

Ces dernières semaines, de nombreux adeptes de cette pratique religieuses ont été arrêtés et condamnés à différentes peines d’emprisonnement dans différentes régions du pays. Souvent, la justice leur reproche des « collectes illégales » de fonds et « exercice de culte sans autorisation ».