Malgré un frein que constitue l’augmentation des prix du pétrole, les réserves de change de l’Algérie ont considérablement diminué. Elles se sont situées à 94,53 milliards de dollars au premier trimestre de l’année en cours, a indiqué la banque d’Algérie. Les réserves de change (or non compris) étaient à 97,33 milliards de  dollars à la fin décembre 2017, ce qui donne une baisse du matelas de  devises de 2,8 milliards de dollars entre décembre 2017 et fin mars 2018.

Cette baisse, explique la même source, « est la conséquence des effets croisés, sur la période, d’un solde global négatif de la balance des paiements et de la valorisation positive du stock des réserves de change de 1,55 milliard de dollars ».

En parallèle, la balance des paiements a enregistré un déficit en forte baisse par rapport à l’année passée, annonce la même institution. Le solde global de la balance des paiements a ainsi affiché un déficit de  4,36 milliards de dollars à la fin mars 2018 contre un déficit de 6,38  milliards de dollars à la fin mars 2017. Par catégorie des composantes de ces flux, le déficit de la balance  commerciale (marchandises) s’est établi à 2,33 milliards de dollars au 1er trimestre 2018 contre un déficit de 4,2 milliards de dollars à la fin mars 2017, soit un recul de 44,5%, sachant que les exportations et importations sont calculées en FOB (free on board), précise la même source.