En dépit des révélations fracassantes faites dans le sillage de l’affaire de “Kamel le Boucher” concernant l’ampleur inquiétante de la corruption et du favoritisme dans le secteur immobilier et de l’urbanisme en Algérie, des promoteurs aidés par des personnalités influentes continuent de fouler aux pieds toutes les lois en vigueur. 

C’est du moins ce qui se passe en ce moment à Béjaïa, en Kabylie, où une dame appelée Widad Amourn un promoteur immobilier semble avoir les bras longs pour mener à bout un controversé projet immobilier. Alors que les responsables locaux lui ont attribué un permis de construire pour 4 étages dans le cadre de la réalisation d’une promotion immobilière, la dame, fille de Saïd Amour, un ancien juge président de la commission de surveillance des dernières élections à Bejaia, a érigé un immeuble de 8 étages.

Les mises en demeure de la commune n’ont pas suffi, déplore le député FFS Chaffaâ Bouaiche qui a publié les photos sur sa page Facebook pour dénoncer publiquement un abus caractérisé et une étrange affaire qui risque de provoquer dans les jours à venir un nouveau scandale à propos de l’influence grandissante du pouvoir de l’argent sur le pouvoir politique.