Ces dernières 24 heures, plusieurs médias électroniques algériens ont affolé les réseaux sociaux avec des informations rapportant l’arrestation ou le limogeage de plusieurs membres de la famille de l’ex-patron de la DGSN, le général-major Abdelghani Hamel. Vrai ou faux ? Algérie Part a mené son enquête. 

Nous avons appris au cours de nos investigations qu’aucun membre de la famille du général Hamel, l’ex-patron de la police algérienne, n’a été victime d’une mesure de représailles.

Son frère Belkhir, l’ex-directeur régional des douanes à Annaba et actuel premier responsable régional des douanes à Tlemcen, est toujours en poste et il n’a nullement été relevé de ses fonctions, a-t-on confirmé suite à nos recherches. Belkhir Hamel a participé le plus normalement possible aux festivités de la célébration de la fête de l’Indépendance organisées par la wilaya de Tlemcen.

Néanmoins, il est vrai que Belkhir Hamel est cité dans une affaire en cours de traitement par la justice à Annaba. Il s’agit d’un dossier concernant l’importation frauduleuse de vêtements et de chaussures sportives. Mais la justice n’a pas placé le frère de l’ex-patron de la DGSN sous contrôle judiciaire et l’affaire suit toujours son cours en attendant les délibérations des juges.

En revanche, le colonel Fodhil Hamel, l’autre frère d’Abdelghani Hamel, l’ancien directeur du centre militaire de prévention et de rééducation de la 2e région militaire, sis à Mers El Kébir (Oran), a bel et bien été mis à la retraire. Ceci dit, selon plusieurs sources proches de la famille Hamel, c’est le colonel Fodhil qui avait demandé son départ à la retraite, pour des raisons de santé, depuis plus de 4 mois. Sa mise à la retraite n’aurait donc aucune relation avec le limogeage de son frère, Abdelghani, le désormais ex-patron de la DGSN.

Une autre rumeur avait annoncé la fin de fonction d’un autre frère d’Abdelghani Hamel, un juge au tribunal militaire d’Oran. Nous n’avons recueilli aucun élément probant pour démontrer la véracité de cette information. Quant aux enfants de l’ex-patron de la DGSN, Ameyar ou Chafik, ils circulent en toute liberté et ils n’ont pas été mêlés à l’affaire de « Kamel le Boucher » et le scandale de la cocaïne du port d’Oran.