Les importateurs de produits sensibles et les producteurs algériens qui ont besoin de ces produits comme matière première dans leurs activités industrielles vivent un véritable calvaire depuis de longues semaines en raison d’un inédit cafouillage qui règne au ministère de l’Energie. 

Selon nos investigations, les dossiers des importateurs ou industriels algériens sont bloqués au niveau du secrétariat général du ministère de l’Energie en raison d’un inextricable imbroglio. La secrétaire générale de ce ministre, Fatma-Zohra Chorfi, a ordonné au directeur du département de la protection du patrimoine de renvoyer les demandeurs et opérateurs économiques vers les directions de l’Energie de leurs wilayas respectives pour obtenir cette précieuse autorisation d’importation ou d’acquisition des produits chimiques et sensibles.

Mais les importateurs et opérateurs algériens sont refoulés au niveau des directions de l’Energie de leurs wilayas et se retrouvent réorientés une nouvelle fois vers le ministère de l’Energie dont le siège est situé à Val d’Hydra. Ce jeu de “ping-pong” auquel se donne le ministère de l’Energie avec ses directions de wilayas a fini par exaspérer les opérateurs algériens qui ont saisi à maintes reprises le ministre et premier responsable du secteur, Mustapha Guitouni. En vain, malheureusement. Et jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont reçu aucun éclaircissement alors qu’un simple courrier expédié le 03 mai depuis le ministère à Alger est parvenu à la direction de l’Energie de la wilaya de Boumerdès le… 03 juillet.

Livrés à leur sort et plongés dans les méandres de cette bureaucratie inqualifiable, les opérateurs algériens et importateurs des produits sensibles réfléchissent sérieusement à la possibilité de se regrouper dans une organisation patronale pour défendre leurs intérêts et faire valoir leur droits face au ministère de l’Energie.

Il est à souligner enfin que de nombreux produits sensibles et chimiques sont considérés comme d’importants intrants de production dans plusieurs activités comme la fabrication des climatiseurs, les détergents ou certains produits pharmaceutiques.