On connaissait Tliba le député, l’homme d’affaires, promoteur immobilier et commerçant, mais connaissez-vous son frère, Dhay Eddine, un grand exploitant agricole qui gère plus de 200 hectares au sud du pays, dans la wilaya d’El-Oued ? Certainement pas. Le frère du célèbre député de la ville d’Annaba est-il si doué que ça pour l’agriculture, un métier spécifique, délicat et complexe dans notre pays, pour jouir du droit d’exploiter une aussi grande surface agricole ?

C’est la question que l’on peut en toute légitimité se poser à la lecture de ce document exclusif obtenu par Algérie Part. Un document qui nous apprend que le frère de l’homme fort du FLN à Annaba exploite depuis 2011 une immense exploitation agricole composée de pas moins de … 200 hectares situés sur le territoire de la commune d’Oued El Alenda ! Notre document signé et cacheté par la direction des services agricoles de la wilaya d’El-Oued nous fournit ainsi une autre indication sur l’étendue de la fortune considérable de la famille et proches de ce député qui ne cesse de défrayer la chronique depuis son entrée fracassante dans le monde politique.

Selon plusieurs sources concordantes, le frère de Tliba n’aurait pas dépensé un sou pour acheter ou acquérir ces terres. Il s’agirait d’une concession agricole accordée par les autorités locales pour permettre au député milliardaire de jouir du droit d’exploiter des terres agricoles du domaine privé de l’Etat ainsi que les biens superficiaires qui y sont rattachés.

Il est entendu par « biens superficiaires » l’ensemble des biens rattachés à l’exploitation agricole notamment les constructions, les plantations et les infrastructures hydrauliques.

Cependant, pour devenir “exploitant concessionnaire” en Algérie, il faut se conformer à un cahier des charges qui est fixé par voie réglementaire, pour une durée maximale de quarante (40) ans renouvelable, moyennant le paiement d’une redevance annuelle dont les modalités de fixation, de recouvrement et d’affectation sont déterminées par la loi de finances.

Par ailleurs, la concession prévue par la loi est accordée aux membres des exploitations agricoles collectives et individuelles bénéficiaires des dispositions de la loi n° 87-19 du 8 décembre 1987, et détenteurs : d’un acte authentique publié à la conservation foncière ; ou d’un arrêté du wali. Les membres des exploitations agricoles collectives et individuelles cités ci-dessus doivent avoir satisfait à leurs obligations au sens de la loi n° 87-19 du 8 décembre 1987.

Le frère du député Baha Eddine Tliba a-t-il respecté ces exigences ? Pas si sûr car l’influence de son frère le milliardaire controversé pourrait lui octroyer certains privilèges onéreux et inaccessibles aux communs des mortels en Algérie. Qui a permis donc au frère de Baha Eddine Tliba d’exploiter aussi grandiosement ces immenses terres agricoles ? Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations.