Depuis la découverte de nombreuses affaires de malversations et de corruption au sein de la Compagnie Algérienne d’Assurance et de Réassurance (CAAR), les travailleurs de cette entreprise publique, l’une des plus importantes du secteur des assurances, vivent un véritable feuilleton d’été.

Un feuilleton où une véritable guerre enragée oppose la direction générale de la CAAR aux membres de son comité de participation. Un feuilleton qui vient, maintenant, de s’étendre jusqu’au ministère des Finances qui a été officiellement interpellé pour intervenir et diligenter une enquêter sur ce dossier.

Selon un document en notre possession, le ministère des Finances a été saisi le 18 juin dernier par le comité de participation de la CAAR pour réclamer des mesures contre les dépassements dont se serait rendu coupable le top management de cette compagnie publique. Licenciements abusifs, gestion financière opaque, bradage du patrimoine public, fausses déclarations et manipulations des chiffres, la charge est très lourde et le comité de participation de la CAAR a tiré la sonnette d’alarme.

Le ministère des Finances va-t-il rester les bras croisés face à ces dénonciations ? La situation risque, en tout cas, de dégénérer au sein de la CAAR, a-t-on enfin appris, dans la mesure où plusieurs syndicalistes et membres du comité de participation envisagent de se lancer dans une grève de la faim. Une action radicale qui va porter un énorme préjudice à l’image et fonctionnement d’une importante entreprise publique.