Enfin une bonne nouvelle pour les Algériens ! La Banque d’Algérie vient de réagir sévèrement à l’encontre des banques qui dressent des obstacles devant les détenteurs des comptes en devises. Désormais, les banques algériennes n’ont plus le droit d’exiger des billets d’avion ou des titres de transport pour autoriser les clients algériens à retirer des euros ou des dollars de leurs comptes en devises. 

Cette mesure a été décidée par la Banque d’Algérie dans le cadre d’une note adressée aux banques algériennes le 19 juin dernier. Une note qui vise à imposer des facilitations au profit des Algériens qui ouvrent des comptes en devises dans leur propre pays au lieu de les faire fuir vers l’étranger.

Cette note apporte des mesures historiques qui offrent une liberté sans précédant aux Algériens de désirer de constituer des avoirs en devises dans les banques de leur pays. Ainsi, il est clairement dit que “les titulaires des comptes devises jouissent de la liberté de disposer de leurs avoirs en devises, à concurrence du montant logé dans leurs comptes, pour tout transfert vers l’étranger et/ou tout retrait en espèces destiné à l’exportation matérielle”.

Par ailleurs, cette note explique aux banques algériennes de Les comptes devises ouverts en Algérie au profit des personnes physiques résidentes et non résidentes et/ou de nationalité étrangère résidentes et non résidentes, peuvent être mouvementés librement au débit ou au crédit, dans le cadre des dispositions de la réglementation des changes”.

C’est une véritable rupture avec le passé. La Banque d’Algérie a ordonné également aux banques de changer radicalement vis-à-vis des clients. Dorénavant, “les banques de la place sont invitées à dispenser le client de l’exigence, lors du dépôt de fonds en devises auprès de leurs guichets, des justificatifs, au-delà de ceux relatifs à son identité dans le cadre des exigences réglementaires en matière de connaissance du client”, signe et persiste la nouvelle note de la Banque d’Algérie.

Celle-ci indique, par ailleurs, que ” de même, les retraits demeurent libres d’utilisation”. La Banque d’Algérie souligne enfin qu’elle  “clarifiera les conditions de fonctionnement de ces comptes devises, à la lumière des correctifs contenus dans la présente directive” en publiant bientôt de nouvelles notes adressées aux établissements financiers activant sur le territoire national.