Layla Haddad a atteint les fonds. La « journaliste » algéro-belg, qui a défrayé la chronique en s’en prenant violemment au chef de l’Etat, vient de diffuser elle-même une fake news. Elle annonce être la fille de Khaled Nezzar avant de revenir sur ses allégations en jetant aux orties ceux qui ont repos cette information.

En faisant cela, la « journaliste », habituée aux fausses informations, a voulu « ridiculiser » la presse algérienne, notamment les nombreux médias en ligne qui l’ont reprise. Est-elle dans toutes ses dispositions mentales ? Pas si sûr. Parce que même si on voulait faire une fake news, on ne le ferait pas sur un homme connu de tous, à savoir Khaled Nezzar.

 Mais puisque Layla Haddad nous traite de journaux des marécages, on lui rappelle ses mensonges. C’est elle, à travers son site CNP news, qui a annoncé la mort de Abdelaziz Bouteflika, il y a quelques mois de cela. Le temps l’a démentie, puisque le président de la République est apparu quelque temps après. Pis encore, la « journaliste » a récidivé en annonçant, encore à tort, que Saïd Bouteflika, le conseiller et frère du président de la République, était atteint d’une grave maladie. Encore raté !

Layla Haddad est donc loin d’être un exemple de probité et de rigueur professionnelle. Le seul but recherché étant de faire sensation, quitte à mentir tout le temps !