Face à la multiplication des scandales, le mouvement « mouwatana » estime que la « responsabilité » du chef de l’Etat est engagée.

« Les quantités effarantes de cocaïne saisies, les sommes colossales thésaurisées et les liens tissés entre la criminalité internationale et des réseaux intérieurs sous couverture de hauts fonctionnaires véreux démontrent à l’opinion publique l’ampleur du système de corruption mis en œuvre en lieu et place d’un Etat de droit. Les complicités sont telles, que les hautes sphères du pouvoir se trouvent directement ou indirectement impliquées dans ces scandales gravissimes», note le document qui rappelle que « la responsabilité politique du Président Abdelaziz Bouteflika et de son régime est objectivement totalement engagée ».

Selon ce groupe, qui a notamment appelé le chef de l’Etat à ne pas briguer un nouveau mandat, l’option d’aller vers le 5ème mandat est justifiée par ces scandales à répétition. « Les Algériens savent maintenant pourquoi, l’homme, invalide, ne pouvant ni suivre les événements, ni arbitrer les conflits ni surtout imposer des sanctions, nous a été imposé et pourquoi le 5ème mandat est envisagé ! », indique le communiqué signé par Zoubida Assoul.

Face à cette situation, Mouwatana appelle « les Algériens, en particulier la classe politique et la société civile , à se départir d’une position de résignation et à prendre leur responsabilité politique en exigeant la vérité sur les dérives du régime, en les condamnant et en s’engageant activement en faveur du véritable changement auquel aspire le pays ».

Mouwatana (citoyenneté), est un mouvement créé par plusieurs personnalités nationales dont Zoubida Assoul, Sofiane Djilali et Ahmed Benbitour.