Encore une fuite en avant. Depuis l’éclatement du scandale du milliardaire controversé « Kamel le Boucher » avec ses cohortes de révélations fracassantes sur ses affaires louches dans l’immobilier et l’importation des viandes surgelées, tous les officiels de l’Etat algérien tentent de nous faire croire qu’ils ne sont pas concernés par les investigations en cours menées par les services de sécurité. 

Tous nos hauts responsables crient leur innocence et se démarquent de ce puissant milliardaire qui avait, pourtant, fréquenté pendant des années leurs salons, leurs réceptions, leurs ministères ou administrations et même leurs fêtes de mariage. L’indignation de nos responsables politiques est devenue quasiment une comédie qui ne fait rire presque personne. Pourquoi ? Parce que les Algériens ne sont pas dupes !

Dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook, la wilaya d’Alger a dénoncé avec force ce qu’elle qualifie « d’allégations tendancieuses et flagrantes” concernant la personne du Wali Abdelkader Zoukh, dont le but est de semer “la zizanie”. Ce communiqué a été rendu public au lendemain de la publication d’Algérie Part d’un article qui s’interroge sur le sort réservé à Abdelkader Zoukh à la suite des arrestations et perquisitions réalisées par les services de sécurité dans les domiciles de plusieurs responsables des services de l’urbanisme de la wilaya d’Alger.

Les autorités de la wilaya répondent ainsi à nos interrogations, entièrement légitimes, en annonçant que « tous les dossiers de la wilaya d’Alger sont scellés. Une cellule technique installée depuis 5 ans au cabinet du Wali suivi avec intérêt tous les dossiers relatifs au foncier faisant l’objet d’une infraction ». Gloire à Dieu ! Notre grandiose wilaya veille donc sur la loi de notre pays.

Mais pourquoi donc les enquêteurs de nos services de sécurité et les autorités judiciaires multiplient les découvertes sur les pratiques très douteuses ayant permis à Kamel Chikhi, alias Kamel le Boucher, d’obtenir des permis de construire pour des promotions immobilières alimentant une vive polémique depuis au moins 2014 ?

Où était donc cette cellule technique si savante et consciencieuse pour empêcher des pratiques de corruption et la circulation des pots-de-vin au sein des services de l’urbanisme dépendant directement de la wilaya d’Alger, présidée depuis 2013 par le sieur Abdelkhader Zoukh ? Allez chiche ! Montrez-nous tous ces dossiers monsieur le Wali. Faites une conférence de presse et sortez tous les cartons pour nous exhiber vos rapports et vos notes concernant les permis de construire controversés accordés à ce milliardaire qui érigent les immeubles les plus prestigieux dans les quartiers chics de la capitale Alger en se permettant de nombreuses « légèretés », pour ne pas dire autre chose, avec la réglementation sur l’urbanisme.

Où étiez-vous monsieur Zoukh quand à Dely Ibrahim, tous les résidents de la rue KOUACHI AHMED à Dely Ibrahim, dans la banlieue ouest d’Alger, ont manifesté publiquement contre les travaux anarchiques menées par le promoteur Chikhi et ayant provoqué un très dangereux glissement de terrain ? Expliquez-nous monsieur Zoukh comment le milliardaire Kamel le Boucher a pu obtenir un permis de construire en R+5 alors que les responsables de l’urbanisme de l’APC de Dely Ibrahim assurent verbalement qu’il est impossible de le délivrer dans cette zone.

Que disent vos dossiers sur l’affaire de la tour de 14 étages de la cité les Sources qui avait suscité la colère citoyenne depuis 2014 ? Kamel Chikhi a continué son projet alors que le maire de Bir-Mourad Rais lui avait signifié à deux reprises d’arrêter les travaux. Les habitants de la cité des Sources ont été réprimés par la police lorsqu’ils ont organisé un sit-in pour dénoncer « une dilapidation du foncier qui est l’œuvre d’un promoteur immobilier au bras long ».

A cette époque-là, vous étiez Wali d’Alger monsieur Abdelkader Zoukh. Vous n’êtes certainement pas lié à l’affaire de la cocaïne du Port d’Oran. Algérie Part ne l’a aucunement affirmé dans ses articles. Mais la fortune colossale de Kamel le Boucher dans l’immobilier vous concerne directement vous qui avez les prérogatives du Président de la République dans votre wilaya. Et il est temps pour vous de vous expliquer publiquement. Et vos menaces ne sauront faire taire les interrogations légitimes de vos compatriotes.