La triste affaire du milliardaire et magnat de l’immobilier et de la viande surgelée, Kamel Chikhi, principal suspect dans l’affaire de la cocaïne du port d’Oran, est en train d’éclabousser tout l’establishment politique algérien.  Après le limogeage brutal et surprenant du patron de la police algérienne, Abdelghani Hamel, le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh risque, lui aussi, de se retrouver éjecté de son poste dans les heures à venir. Explications. 

Wali d’Alger depuis octobre 2013, Abdelkader Zoukh sera San doute appelé, à rendre des comptes au sujet de toutes les autorisations obtenues par Kamel Chikhi, alias Kamel le Boucher, pour ériger ses multiples immeubles ou résidences luxueuses.

Selon nos informations, les investigations menées par les services de sécurité ont clairement démontré que des pratiques de corruption ont profondément miné les procédures d’obtention de plusieurs permis de construire, dont avait bénéficié Kamel Chikhi et ce, dans plusieurs localités de la capitales d’Alger.

Il faut savoir que l’ensemble des services de l’urbanisme de la wilaya d’Alger relèvent de la fameuse Direction de l’Urbanisme de l’Architecture et de la Construction, elle même rattachée directement aux services de la wilaya dirigés par Abdelkader Zoukh.

Le premier responsable de la plus importante wilaya en Algérie ne pouvait ignorer les agissements des services de l’urbanisme. Il aurait pu donc diligenter une enquête sur tous ces gros chantiers du milliardaire et principal suspect de l’affaire de la cocaïne du Port d’Oran.

Des chantiers gigantesques qui ont suscité la colère citoyenne dans plusieurs quartiers d’Alger en raison des désagréments et préjudices causés à l’environnement des résidents.

Durant toutes ces dernières années, Zoukh a observé un silence intriguant s’agissant des affaires louches de Kamel Chikhi. Selon nos investigations, l’actuel Wali d’Alger a été questionné et interrogé par les autorités suprêmes du pays au sujet de sa gestion de ce dossier délicat. Si rien d’officiel n’a été encore décidé ou annoncé, Abdelkader Zoukh risquefait fort de faire les frais de cette opération d’assainissement menée par les autorités judiciaires et politiques depuis l’éclatement de l’affaire de Kamel le Boucher.

”L’opinion publique et toute l’administration y gagneraient encore plus, si les enquêtes en cours dans les services de wilayas pouvaient être élargies à l’ensemble des nouveaux promoteurs qui ont vu le jour depuis quelques années, on aurait de belles surprises !” soutient un cadre de l’administration…

Quoi qu’il en soit, Zoukh devra fournir des explications très détaillées et tout autant étayées, pour tenter de sauver sa peau…