L’ancien ministre des Moudjahidine, Mohamed Cherif Abbas, fut particulièrement connu pour sa verve révolutionnaire qu’il aimait bien exercer à chaque fois qu’il s’attaquait à la France, cette ancienne puissance colonisatrice. 

En novembre 2007, c’est cet homme qui avait déclenché une véritable crise entre Alger et Paris lorsque le 26 novembre 2007, quelques jours avant un voyage officiel du président français Nicolas Sarkozy en Algérie.

Mohamed Cherif Abbas donne une interview au quotidien El-Khabar où il dénonce les origines juives de Nicolas Sarkozy et le lobby juif qui a « le monopole de l’industrie en France ».

Des propos d’une hostilité incroyable qui ont suscité une énorme controverse. A cette époque-là, il aura fallu l’intervention du Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, pour désamorcer la crise avec Paris.

Mais Mohamed Cherif Abbas déteste-t-il réellement la France ? Non, loin s’en faut.

Et pour cause, après son départ du gouvernement en mai 2014, l’ancien maquisard originaire de Batna a préféré s’installer dans la vallée du Rhône… en France !

Mohamed Chérif Abbas a rejoint une banlieue chic de la ville de Lyon où il coule ainsi une retraite dorée auprès de ses enfants établis depuis longtemps dans cette métropole.

Algeriepart a obtenu au cours de ses investigations tous les détails sur la retraite controversée de cet ancien haut responsable algérien.

L’ancien ministre des Moudjahidine passe le plus clair de son temps au niveau d’un pavillon située au 72 rue de la République 69150 à Decines-Charpieu, dans les environs de la ville de Lyon.

L’homme qui attaquait violemment la France a obtenu le 16/12/2015 une carte de résidence de 10 ans délivrée par ces mêmes autorités françaises honnies et diabolisées par notre ancien ministre des Moudjahidine.

Son titre de séjour porte le numéro 6909045746. L’ancien dirigeant algérien dispose même d’un numéro de sécurité sociale. C’est le 136129935242157.

Comme par hasard, depuis qu’il a gouté aux douceurs de la France, on n’entend plus jamais parler notre ancien ministre des Moudjahidines contre l’ancienne puissance coloniale. Hypocrisie quand tu nous tiens…