Malgré le recours massif à la planche à billets, le gouvernement continue d’afficher des chiffres d’inflation étonnement bas. Selon les dernières données par l’Office national des Statistiques (ONS), le taux d’inflation enregistré jusqu’au mois de mai passé était de 4,4%.

Si le taux est inférieur à celui des prévisions du gouvernement qui est de 5,5 %, les prix des produits alimentaires, notamment des fruits et légumes, ont flambé durant la période concernée. Ainsi, selon l’ONS, les prix se sont caractérisés par des hausses assez importantes,  notamment pour les légumes (+15,1%), les fruits (+9,6%) et la viande  blanche (+6,8%). Pour les prix des produits alimentaires industriels (agroalimentaires), ils ont également grimpé de 1,1%. D’autres produits, notamment facturés et les services ont connu une très légère hausse, selon les données de l’ONS.

En revanche, certains autres produits ont connu une baisse sensible. C’est le cas des œufs qui ont reculé de 5,2% et des poissons frais dont les prix ont reculé de plus de 8,3%.

Il est vrai que la période de l’étude n’a pas pris en compte les grandes hausses des produits alimentaires enregistrées durant le mois de Ramadhan. Des prix qui n’ont pas vraiment baissé après cette période.

Ces chiffres remettent au goût du jour la fiabilité des statistiques de l’ONS. Surtout que des économistes algériens et même des organisations internationales ont prévu une hausse vertigineuse de l’inflation suite au recours au « financement non-conventionnel », autrement dit la « planche à billets ».