Les pilotes d’avion en Algérie doivent obtenir un certificat d’aptitude au vol délivré par le centre national d’expertise médicale du personnel navigant (CNEMPN) se situant à l’hôpital Militaire de Ain-Naadja et relevant du Ministère de la Défense Nationale.

Le CNEMPN est un véritable gage de sécurité du transport aérien en Algérie, civil et militaire, en assurant les expertises médicales périodiques au profit des personnels spécifiques de l’Armée nationale populaire et des compagnies aériennes civiles que sont Air Algérie et Tassili Airlines.

Les critères d’obtention du certificat d’aptitude au vol sont très stricts pour exercer la fonction de pilote.

Les candidats subissent des tests très poussés avant leur admission et font l’objet d’un suivi continu et rigoureux tout au long de leur cursus d’abord, puis durant leur carrière” avait expliqué le Général MESSAOUDI, Directeur du CNEMPN et professeur en Neurologie, lequel souligne que les contrôles se font tous les six mois et chaque année, selon les spécificités du poste et l’âge des concernés.

Ce test se base sur des critères stricts selon les recommandations de l’organisation de l’aviation civile internationale (OAIC) et le PDG d’Air Algérie, ALLECHE Bakhouche, en sa qualité de pilote commandant de bord, n’y déroge pas pour pouvoir renouveler sa licence de vol.

Pourtant, le 06 Avril 2017, ce dernier a séjourné trois jours durant à l’Hôpital Amine DEBAGHINE de Bab El Oued pour y subir une intervention neurochirurgicale dans le service du professeur Sidi Said.

La chargée de communication d’Air Algérie, Mounia BERTOUCHE, avait alors affirmé que cette intervention chirurgicale concernait un hématome crânien.

Suite aux investigations que nous avons mené auprès de plusieurs sources hospitalières, nous avons pu réunir plusieurs éléments qui établissent que l’actuel PDG d’Air Algérie souffrait d’un hématome sous-dural chronique, d’une taille assez importante pour nécessiter une opération chirurgicale afin d’éliminer les épanchements de sang au niveau de la boite crânienne dus à une hémorragie.

Les hématomes sous-duraux sont très souvent dus à des hémorragies aiguës avec rupture de petites veines dans l’espace sous-dural qui se développent après une subite accélération/décélération et peuvent causer une augmentation de la pression à l’intérieur du crâne compressant le cerveau. Cela peut effectivement entraîner des troubles cognitifs et des lésions du cerveau’’, nous affirme un spécialiste.

Ce neurologue est formel et affirme qu’une personne qui aurait été victime d’une telle pathologie et qui serait hypertendue, ne peut être autorisée à piloter et encore moins sur des vols longs courriers.

Or, nous avons pu obtenir une copie du compte rendu médical de Bakhouche ALLECHE signé par le Général MESSAOUDI, qui lui a été délivré à peine plus de deux mois après son opération neurochirurgicale…

Dans ce document l’expertise indique que l’intéressé est apte au vol et n’a pour obligation que de porter des verres de correction… Sans plus.

Se pouvait-il que Mr MESSAOUDI Directeur du CNEMPN n’ait pas été au courant de la récente intervention chirurgicale de Mr ALLECHE, ou a-t-il estimé qu’elle ne pouvait en aucun cas invalider ses capacités à voler ?

Le directeur du CNEMPN avait tenu à préciser que : ”Ce qui est certain ici, c’est que même si le candidat se trouve en bonne santé, cela ne veut pas dire qu’il est automatiquement apte à piloter”

Il est surprenant alors qu’un candidat qui a subi une opération pour un mal pouvant causer des vertiges, une confusion spatio-temporelle ou une amnésie ait pu se voir délivrer l’autorisation de piloter un avion faisant peser un énorme risque sur ses passagers !

D’après nos informations, le PDG d’Air Algérie n’a plus piloté et nous nous sommes demandé pourquoi alors avoir sollicité ce certificat d’aptitude ?

Nous avons posé la question à plusieurs pilotes de savoir quelles auraient pu être les raisons de demande de cette expertise de vol pour une personne qui ne vole plus.

”C’est certainement pour pouvoir obtenir la licence de vol et continuer ainsi à bénéficier de son salaire de pilote avec les primes qui vont avec’’, nous assurent plusieurs sources concordantes qui travaillent à Air Algérie.  Certaines de nos sources certifient que le fils du Général MESSAOUDI serait employé en qualité de steward par…Air Algérie !

Nous avons tenté de confirmer cette information en contactant l’intéressé, en vain…

Si tel était le cas, ne sommes-nous pas devant un grave conflit d’intérêt et une transgression de la loi et des règles imposées par l’aviation civile internationale ?

Des questions de sécurité et de déontologie qui méritent une réponse à la hauteur de ce risque.

A suivre…