Les  batailles futures sont certes difficiles mais pas impossibles.  Avec ses importantes potentialités, l’Algérie peut assurer son développement et faire face aux bouleversements géostratégiques mondiaux entre 2018/2030 irréversibles tant dans le domaine politique, militaire, économique qu’énergétique. Le développement de l’Algérie sera conditionné par la bonne gouvernance et la valorisation du savoir. Dans le cadre des nouvelles mutations, l’Algérie doit utiliser à bon escient ses réserves de change et ses potentialités afin de surmonter cette conjoncture difficile du  fait du faible niveau d’endettement. Proposons des solutions concrètes loin des théories abstraites, des déclarations irresponsables et l’activisme stérile.

 

Il  s’agit de replacer l’économie algérienne par rapport aux mutations énergétiques mondiales. Rappelons que  l’OPEP représente  moins de 33% de la production commercialisée, le quota Algérie étant de 1,2 millions barils/jour sur plus de 30 millions. L’Arabie  Saoudite a des réserves de pétrole de 297 milliards de barils avec des réserves de change  de près de 800 milliards de dollars,  et inclus les pays du golfe totalisent  plus de 60%,   et 67% se faisant hors OPEP, étant impossible à l’heure actuelle de parler d’un OPEP gaz du fait  que les  canalisations représentent plus de 70% de la production commercialisée mais seulement d’une entente entre les producteurs .

Face aux mutations énergétiques mondiales dont l’efficacité énergétique prévue d’environ 30% de l’entrée en force de nouveaux producteurs,  l’Algérie perd de plus en plus de parts de marché arrivant à peine à exporter 50/55 milliards de mètres cubes gazeux, perte de 32% de part du marché  européen en 10 ans,  assistant ainsi à une décroissance en volume physique depuis 2008. Le gaz algérien qui, dans les années 90, représentait 16% des besoins européens a reculé  à 7 ou 8 %, loin proche du  Qatar 8%, et loin derrière  la Norvège 19% et la  Russie (24 %) ambitionnant d’atteindre  30% malgré les  tensions en Ukraine. Il y a lieu  de  tenir compte  :

– de la crise vénézuélienne première réserve mondiale de pétrole en semi-faillite,

–  d’un éventuel  accroissement des exportations  éventuel  de  la  Libye  tant pour le pétrole léger comme celui de l’Algérie, réserves 48 milliards de barils , que le gaz ( 1500 milliards de mètres cubes gazeux non encore utilisées contre environ 3000 pour l’Algérie),

– de la stratégie russe ayant environ  de 45.000 milliards de mètres cubes de gaz traditionnel de gaz, de la stratégie gazière du Qatar (15.000 milliards de mètres cubes de réserves en gaz) ,

– des  exportations de l’Iran vers la Chine et l’Inde à cause  des sanctions US mais  à un prix inférieur à celui du marché pour contourner l’embargo avec des réserves de plus de 35.000 milliards de mètres cubes de gaz

–  dans un proche avenir  avec la stabilisation au  Moyen Orient qui  s ‘annonce de l’Irak, 140 milliards  de barils de réserve à un coût inférieur à 20% par rapport à ses concurrents sans l’entrée en production du Mozambique   3ème réservoir d’Afrique ,

– de la découverte en méditerranée orientale de plus  de 20.000 milliards de mètres cubes gazeux expliquant les tensions géostratégiques dans cette région et la réunion récente pour la résolution du confit en Syrie,

–   la révolution du pétrole/gaz de schiste américain  qui en 2016/2017 après l’aval du congrès  ont commercialisé en Europe,

– une croissance mondiale timide notamment des pays émergents dont la Chine.

 Ainsi,  l’Algérie risque de se   trouver confrontée à une forte concurrence expliquant également   les sous-utilisation des canalisations notamment celui du Transmed et où  bon nombre de fournisseurs poussant actuellement l’Algérie à réduire ses prix.  Quelles réponses pour éviter les impacts de la chute des cours  du pétrole de 1986,  sur la société algérienne : crise financière, crise économique, crise sociale  et crise politique,  cessation de paiement fin 1993 et rééchelonnement en 1994Sonatrach, autant que Sonelgaz,  a besoin d’un nouveau  management stratégique  afin de réduire ses coûts devant se concentrer sur ses métiers de base évitant la  dispersion dans diverses activités.

 

Dans ce contexte fragile, nous émettons en urgence nos propositions :

Proposition 1 : réorganiser les corps d’Etat.  Les transferts de compétences de l’État vers les collectivités territoriales doivent être accompagnés d’un abandon effectif de la mission correspondante par les services de l’État et du redéploiement de l’intégralité des agents de l’État concernés, pour éviter les doublons entre les actions de l’État et des collectivités territoriales.

Dans le cadre de la réforme des grands corps de l’Etat, les grands corps d’inspection – économique, financier et technique  doivent être  regroupés selon des lignes de métiers correspondant aux exigences de l’économie moderne : finances, énergie, infrastructures numériques, santé,. La réforme des partenariats public-privé pourra offrir un cadre juridique complémentaire aux formes classiques (concessions de service public, bail emphytéotique).  L’État devra ainsi concentrer au niveau régional l’essentiel de ses cadres décentralisés.  A terme, une loi organique devra fixer le nombre de ministres au nombre d’une douzaine au minimum et d’une vingtaine au maximum.

Un gouvernement pourra ensuite compter autant de ministres délégués et de secrétaires d’État que souhaité. Il est essentiel de limiter le nombre de ministères et le nombre de compétences partagées entre ministres afin de réduire les procédures interministérielles inutiles. le développement futur de l’Algérie,  devra reposer sur l’initiative locale  pour protéger à la fois l’environnement et initier des activités productives notamment non polluantes, car toute action centralisatrice est vouée à l’échec sans implication des acteurs locaux. Je propose de créer un institut national d’études du territoire littoral.

Cela doit entrer dans le cadre d’une réelle volonté politique de décentralisation, à ne pas confondre avec la déconcentration, qui induit une bureaucratie locale plus néfaste que la bureaucratie centrale. L’on pourrait imaginer une véritable régionalisation économique, à ne pas confondre avec l’avatar négatif du régionalisme.

Proposition  2 : efficacité de la dépense publique  et aller vers la décentralisation.

Le retour de la croissance passe donc par une plus grande efficacité des dépenses publiques en ayant une  vision à moyen terme de la maîtrise des dépenses  Pour plus de transparence et de suivi  de la dépense publique, il est souhaitable  de ne plus revenir au  fonds de régulation des recettes qui s’est épuisé fin 2017, établir la loi des finances selon le cours moyen du marché et instaurer une caisse pour les générations futures  en cas d’excédent des recettes d’hydrocarbures. Il s’agira également de rétablir le contrôle de la Cour des comptes qui doit être au dessus des institutions de contrôle dépendant de l’exécutif la laissant sous la coupe de la présidence comme actuellement ou sous la coupe du parlement et de  dynamiser le conseil national de la concurrence notamment par l’efficacité de la procédure d’investigation antitrust.

Proposition 3 : lutte contre la bureaucratie : intégrer la sphère informelle

La sphère informelle, produit   qui contrôle 40/50% de la masse monétaire en circulation et 65% des segments de marché des produits de première nécessité y compris le textile/cuir est le produit de la bureaucratie et des dysfonctionnements des différents appareils de l’Etat. Il s’agit de l’intégrer par des mécanismes économiques en lui redonnant confiance au moyen de la délivrance des titres de propriété  et non par des mesures administratives qui ont l’effet contraire. Dans ce cadre la finance islamique qui se fonde sur le partage des risques et des profits  peut faciliter cette intégration.

Proposition  4 : contrôle transparent- adaptation au droit international    et allègement  des procédures administratives.

La coordination entre la norme nationale d’où de nombreux litiges  entre l’Algérie et bon nombre de compagnies étrangères au détriment souvent de l’Algérie,  et la norme internationale  est mal organisée. Cette complexité du droit crée une insécurité juridique préjudiciable aux citoyens, notamment les plus modestes, aux entreprises et à la croissance. Un droit incertain inhibe les initiatives des entrepreneurs.

La situation devient critique : le volume des textes applicables  a plus que doublé  et la majorité  d’entre eux au moins n’étant pas appliqués. Face à cette accumulation, le Parlement n’est pas encore armé pour exercer son contrôle. Ces problèmes ont un impact direct sur la croissance.. Dans ce cadre, je préconise de publier   immédiatement les décrets d’application, dont le projet aura été soumis, en même temps que le projet de loi au parlement pour gagner du temps.

Créer un Comité pour une meilleure gouvernance chargé de faire chaque trimestre des propositions publiques sur les simplifications administratives et législatives opportunes. Ce Comité proposera des suppressions de dispositions législatives ou réglementaires devenues obsolètes. Comme il s’agira de généraliser  l’e-administration  qui  joue un rôle bien plus général sur le climat général des affaires, sur les coûts administratifs supportés par les entreprises et les particuliers ainsi que sur l’amélioration de la qualité et de la valeur ajoutée des services.

Enfin, il s’agira de dépénaliser l’acte de gestion et moderniser  la gestion des projets en reconnaissant   aux chefs de projet un statut qui transcende les clivages administratifs et fasse reconnaître l’importante part de risque d’une telle fonction.

Proposition 5- revoir la gestion des caisses de la sécurité sociale.

Le danger en cas de chute brutale  du cours des hydrocarbures est l’implosion des caisses de la sécurité sociale. Il s’agira de moduler la franchise médicale en fonction du revenu et de revoir  la gestion des caisses de sécurité sociale en clarifiant le rôle respectif des administrateurs (gestion) et des partenaires sociaux (orientations stratégiques, conseils de surveillance) dans les organes de direction des caisses de sécurité sociale. Dans ce cadre est urgent  de mesurer l’efficience et la qualité du système de soins ainsi que de rationaliser la gouvernance des hôpitaux.

La mise en place d’un système transparent et accessible permettant la comparaison des différentes structures de soins sur une base objective doit constituer un outil efficace d’aide au choix et à la décision des patients et d’appui au pilotage de ces structures. Ce système devra comporter  des indicateurs de coûts et de résultats (taux de mortalité, taux de maladies nosocomiales, temps d’attente moyen aux urgences, taux de reprise suite à opérations) et l’urgence  de  rationaliser la gouvernance des hôpitaux publics  dont la gestion est souvent anarchique alors que les compétences existent.

Proposition 6-  pour une transition énergétique de l’Algérie.

Si l’humanité généralisait   le mode de consommation énergétique  des pays riches,  il nous faudrait les ressources de 4 ou 5 planètes d’où l’urgence d’une adaptation pour un nouveau modèle de consommation.il faut  être réaliste  et d’éviter  une vision unilatérale car les fossiles classiques demeureront encore pour longtemps  la principale source d’énergie. Aussi, la transition énergétique doit être  fondée sur deux principes : premièrement, sur  la sobriété énergique (efficacité énergétique),  impliquant  la maîtrise de la demande, la sensibilisation, mais aussi la formation pour forger de nouveaux comportements et donc un changement de culture.

 C’est-à-dire qu’il faut agir sur la réduction des besoins énergétiques en amont en augmentant l’efficacité des équipements et de leurs usages (par exemple  nouveaux procédés pour le BTPH pour des  économies  en énergie, rénovation des bâtiments existants, idem pour l’ensemble du transport un des plus gros consommateurs de fossiles classique. Cela renvoie   au  MIX énergétique qui nécessitera d’adapter le  réseau électrique aux  nouveaux usages,  supposant  un nouveau réseau de distribution adapté aux nouvelles productions  et de consommations pour garantir la continuité de fourniture  et au meilleur prix. La transition énergétique renvoie à d’autres sujets que techniques,   posant  la problématique sociétale, les choix techniques d’aujourd’hui  engageant la société sur le long terme.

La transition énergétique suppose un consensus social  car la question fondamentale est la suivante : cette transition énergétique, combien ça coûte, combien ça rapporte  et qui en seront les bénéficiaires ? Pour le cas Algérie au rythme de la consommation actuelle du fait des subventions, et des exportations, l’Algérie serait sans pétrole et gaz traditionnel  à l’horizon 2030 au moment où la population sera d’environ 50 millions d’habitants  rendant plus urgent la transition énergétique dont les énergies renouvelables car le réchauffement climatique est une réalité amère ce qui nécessite   à l’avenir le développement  d’industries écologiques à valeur ajouté en premier lieu le recyclage des déchets.

Proposition 7- Dynamiser  le système financier  et la Bourse d’Alger.

 Le système financier de nature publique plus de 85% des crédits octroyés a besoin d’être revitalisé assistant à des guichets administratifs.Mais des marges de manœuvres existent.

Concernant l’endettement, grâce au remboursement par anticipation, la dette extérieure  qui était de  de 22,70 en 2001, l’ endettement est faible, 20% du PIB, la dette extérieure 2,5% du PIB  , le secteur bancaire reste capitalisé, le ratio de solvabilité étant de 17% au 01 janvier 2017  et les réserves de change ont clôturé à environ 97 milliards de dollars fin 2017( hors réserves d’or d’une valeur de 7 milliards de dollars) , laissant une marge étroite de manœuvre pur trois ans.

 Pour la bourse, il  ne peut y avoir de bourse sans la concurrence, évitant les instabilités juridiques et donc un Etat de droit. Cela n’est pas facile comme le démontre d’ailleurs les scandales financiers au niveau mondial supposant de la transparence, une bourse devant  se fonder sur un système bancaire rénové.

Il ne peut y avoir de bourse sans la résolution de titres de propriété qui doivent circuler librement segmentés en actions ou obligations renvoyant d‘ailleurs à l’urgence de l’intégration de la sphère informelle par la délivrance de titres de propriété et  sans des comptabilités claires et transparentes calquées sur les normes internationales par la généralisation des audits et de la comptabilité analytique afin de déterminer clairement les centres de coûts pour les actionnaires.

Mais  en cette ère de mondialisation dominée par les grands espaces économiques, l’ère des micros Etats étant résolu, une bourse pour 40 millions d’habitants étant une phase intermédiaire, il serait souhaitable la création d’une bourse maghrébine, qui devrait s’inscrire dans le cadre de la future bourse euro-méditerranéenne prévue à l’horizon 2020/2025, supposant au préalable la résolution de la distorsion des taux de change. Et cette intégration devrait dynamiser le tissu productif qui permettra d’accroître le nombre d’acteurs au niveau de la bourse. Hélas, le commerce inter-maghrébin en 2017 ne dépasse pas 3%, le Maghreb, qui devrait  être le pont entre l’Europe et l’Afrique, étant marginalisé au niveau mondial.

Propositions 8 : redresser les PMI/PME.

Les très petites entreprises (TPE, moins de 20 salariés) et les petites et moyennes entreprises (PME, moins de 250 salariés) sont un facteur clé de la croissance et de l’emploi. Pour cela il s’agira d’agir sur huit leviers. Premièrement, de créer une Agence de service aux petites entreprises de moins de 20 salariés.  Deuxièmement, pour le délai de paiement, je propose  imposer une  loi  si nécessaire ou un décret exécutif pour le  paiement aux PME à moins de 30 jours à compter de la date de livraison.

Troisièmement, il s’agira de réduire  le délai de remboursement de la TVA aux PME à 15 jours maximum. Quatrièmement,  je propose d’élargir les possibilités de financement des PME en introduisant  le Leasing,  le  capital-développement afin de  financer les petites et moyennes .Cinquièmement, contraintes les grandes entreprises publiques dont Sonatrach, Sonelgaz notamment  à réaliser  de la sous traitance par un co-partenariat. Sixièmement, les règles comptables régissant les PMI-PME sont très lourdes et ne sont pas utiles à toutes les entreprises. On pourra donc s’orienter vers une comptabilité de trésorerie pour  les entreprises de moins   de 10/20 salariés. Cette mesure permettrait  de réduire leur charge administrative.

Dans le même cadre, il serait souhaitable  de soumettre les petites PMI/PME à  à un régime fiscal et social spécifique notamment pour ceux dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 10.000.0000 dinars avec  un prélèvement libératoire de 10 à 15 % assimilable à l’impôt dur le revenu, se substituant à tous les impôts directs.

Septièmement, alléger la procédure des 49/51% pour le partenariat avec l’étranger pour les activités non stratégiques à lister  dont les petites et moyennes entreprises ,  en introduisant la minorité de blocage d’environ 30% et l’obligation d’un transfert technologique , managérial et d’une balance devises positives.  Huitièmement, faire un bilan de la règle des 49/51% et du crédit documentaire Credoc  qui n’ ont pas permis de limiter la facture d’importation, ni de dynamiser le tissu productif et réintroduire le Remdoc pour certaines petites et moyennes entreprises  et donc   adapter ces règles aux besoins du   tissu économique algérien. Le gouvernement a, certes, relevé à 4 millions de dinars la possibilité du recours au paiement libre pour les importations urgentes de matières premières ou de pièces de rechange mais cela reste insuffisant.

 

Propositions 9 :  Il faudra  aller vers des subventions ciblées qui s’adressent aux plus démunis.  Mais l’on ne doit pas  se tromper de cibles, les surcoûts, la mauvaise gestion et la corruption représentent  un montant beaucoup plus important que les subventions. Aussi, une des plus grande rigueur budgétaire s’impose avec  forcément  des ajustements économiques et sociaux douloureux, si le pays veut  éviter de revenir aux années 1990 et donc avec l’épuisement des réserves de change au FMI

 

Par le Professeur des Universités, Expert International Dr Abderrahmane MEBTOUL