C’est une affaire qui est en train de faire un énorme bruit à Oran. Deux avocats, Amine Bensalah et Djamel Benhaoues, ont été arrêtés par les services de sécurité à quelques jours de l’Aïd. Ils ont été placés, par la suite, sous contrôle judiciaire pour une étrange affaire de chantage et d’extorsion. 

Tout a commencé lorsqu’une avocate qui réside à Arzew, Moulay Halima, a saisi le Procureur Général de la Cour d’Oran pour se plaindre contre ces deux confrères qui ont essayé de la faire chanter. L’avocate a fait écouter au Procureur Général des enregistrements où les deux avocats lui demandent expressément 80 millions de centimes pour lui éviter de passer devant le conseil de discipline du barreau d’Oran.

A la suite de la plainte de l’avocate contre ses deux confrères qui ont tenté de lui extorquer des fonds, ces derniers ont été placés sous contrôle judiciaire et doivent chaque jour se pointer et signaler leur présence au cabinet du doyen des juges d’instruction de la deuxième chambre du tribunal de la Cité Djamel à Oran.

Cette affaire de chantage est en train de faire couler beaucoup d’encre à Oran car elle relance plus que jamais la polémique sur la moralité des juges et avocats, ces personnes qui sont censées incarner l’éthique, l’impartialité et la droiture pour veiller sur l’application de loi dans notre pays.