Choquant ! Ces dernières 24 heures des appels à la haine et à la violence circulent massivement sur les réseaux sociaux en Algérie sans que les autorités algériennes ne manifestent la moindre désapprobation. 

Et pourtant, le danger est palpable car ces internautes s’affichent publiquement et appellent ouvertement à  attaquer les filles, accusées de porter des vêtements indécents, avec de l’acide.

Ces véritables appels au meurtre circulent le plus normalement possible sur la toile algérienne sans que les services de sécurité ne réagissent alors qu’ils disposent, pourtant, de tous les équipements nécessaires pour repérer ces internautes fanatiques qui diffusent des contenus très dangereux destinés à promouvoir la violence comme nous les montrent ces captures d’écran prises par nos soins :

La gendarmerie nationale comme la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) disposent tous les deux de brigades spécialisées dans la cyber-criminalité. Ces brigades sont très actives et dynamiques lorsqu’il s’agit de réprimer des militants des droits de l’homme ou des opposants honnis par le régime. Mais, étrangement, ces brigades sont peu enclines à débusquer ces éléments dangereux qui cherchent à assassiner des algériennes émancipées dont le seul tort est de s’habiller de manière jugée « affriolante » par ces conservateurs intoxiqués par le fanatisme religieux.

Les autorités publiques doivent agir vite et assumer rapidement leurs responsabilités avant qu’un drame ne survienne en raison de cette propagande haineuse d’une violence rarement égalée sur les réseaux sociaux en Algérie.