Un scandale est sur le point d’ébranler la compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR). Le ministère des Finances a été officiellement saisi le 30 janvier dernier par le comité de participation de la CAAR pour dénoncer de nombreuses pratiques financières occultes et illégales. 

D’après le  document en notre possession, la direction générale de la CAAR est accusée de verser ostensiblement dans des pratiques totalement immorales. Ainsi, le PDG de la CAAR . Brahim Djamel Kassali est accusé d’avoir fait recruter son fils à Londres chez un courtier qui est lié directement à la CAAR. Les membres du comité de participation de la doyenne des compagnies d’assurances algériennes ont dénoncé à ce propos un « conflit d’intérêt ».

Par ailleurs, dans leur lettre, ces mêmes membres demandent au ministère des Finances de diligenter une enquête sur plusieurs dossiers compromettants à l’image de l’affaire des 150 millions de l’unité d’Oran. Ces travailleurs protestataires de la CAAR ont demandé également de diagnostiquer la situation de la société agence par agence pour plancher sur les comptes de la période 2010-2017.

La gestion des œuvres sociales des 2000 travailleurs de la CAAR est pointé aussi du doigt dans cette lettre incendiaire où de nombreuses anomalies et irrégularités sont énumérées. Des faits qui risquent d’alimenter un énorme scandale au sein de l’une des plus importantes sociétés d’assurance en Algérie. Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra bientôt sur ce dossier avec de nouvelles révélations.

Rappelons enfin que le comité de participation est un organe représentatif légal des travailleurs dont les missions en Algérie sont celles de gérer les oeuvres sociales de l’organisme employeur. Et lorsque la gestion des oeuvres sociales est confiée à l’employeur, après accord de celui-ci, une convention entre le comité de participation et l’employeur en précisera les conditions, modalités d’exercice et de contrôle. La législation algérienne permet également au comité de participation d’une entreprise de consulter les états financiers de l’organisme employeur : bilans, comptes d’exploitation, comptes profits et pertes.