Monsieur le Berzidane autoproclamé,

Ces mots vous sont adressés par une femme kabyle, algérienne et citoyenne du monde. Je vous dis d’emblée que ma bonne grâce et ma conscience vous disent NON ! Je n’accepte pas dans ma Kabylie et dans mon Algérie ces appels guerriers fantaisistes dont vous ne mesurez pas toute la gravité ! 

Rengainez vos armes ! Rangez vos étendards ! Laissez-nous bâtir ce pays qui souffre ! Laissez-nous construire cette région qui est beaucoup trop chère pour qu’on la sacrifie sur l’autel de votre folie des grandeurs !

Mon cœur est plein d’amertume tant je suis déçue par votre personne, par vos dérapages qui s’accumulent depuis des années.

Rappelez-vous ces temps heureux où vous étiez autonomiste. Il y eut cette expression qui vous a été décochée par un grand chanteur pour vous reprocher ce qu’il voyait chez vous comme une entreprise aventurière : l’autonomie régionale. Il vous a dit que c’était une BÊTISE.

En guise de réponse, vous lui avez magistralement rétorqué dans votre chanson que non, l’autonomie régionale « maci d la Bêtise » (Ce n’est pas une Bêtise »). Et bien, permettez-moi de vous faire cette remontrance monsieur l’Aventurier : je suis d’accord avec votre position d’hier, l’option de l’autonomie régionale est loin d’être une Bêtise, elle est même une solution ! Mais, excusez-moi monsieur l’Indépendantiste, la bombe que vous venez de faire exploser à nos figures dans votre vidéo, faite à partir de Londres le 4 juin 2018, est plus qu’une Bêtise, c’est un CRIME pour lequel l’Histoire vous jugera, et croyez-moi cher Berzidane, l’Histoire est impitoyable !

Ne soyez pas offusqué et ne vous précipitez surtout pas à me qualifier de traitresse. Ces propos émanent d’une grande fan de vous, de vos chansons, de votre art et du grand militant que vous fûtes et que vous n’êtes plus malheureusement.

Savez-vous qu’en voiture votre musique est celle qu’on écoute le plus moi et mon mari ? Savez-vous que tout au long de nos trajets il n’arrête pas de chanter en chœur avec vous tant c’est un grand passionné de vous ? Savez-vous que mon mari, qui m’a initiée à votre art et qui m’expliquait avec ferveur chacune de vos chansons, est en même temps votre adversaire politique le plus acharné ? Savez-vous qu’entre deux écrits où il déconstruisait, sévèrement mais objectivement votre discours indépendantiste, nous n’avions aucun problème à réécouter un de vos morceaux et à évoquer votre génie artistique, militant et humaniste ?

C’est avec bonheur que j’ai découvert le grand artiste que vous êtes. J’ai été profondément imprégnée de vos paroles, de vos musiques, de la valeur poétique et philosophique qui a hissé vos textes au rang de l’universalité.

Oui Ferhat, vous êtes un Artiste immense et nul ne peut le contester !
Tudert, Tughac n dkir, Che Guevara, Im nbud, Ikkat udfel, Tazult Lambèse, Niagara, 20 issegwassen… et autant de merveilles artistiques qui devraient vous engager dans des registres beaucoup plus universels et humanistes que cet abject appel à une guerre inutile et destructrice pour cette patrie tant glorifiée dans vos chansons.
Quelle déchéance monsieur l’Artiste !!

Je ne sais si vous vous rendez compte du caractère ahurissant de vos propos monsieur le Belliqueux : plus choquant encore que votre appel aux armes, c’est votre manière si légère de parler des exactions qui m’a fait dresser les cheveux sur la tête ! Quoi donc ? A ce point les vies humaines kabyles sont devenues insignifiantes pour vous ? Vous dites, je vous cite : « Je n’accepterai jamais des exactions, bien qu’elles puissent être inévitables. Dans des ensembles il y a toujours, il y aura toujours quelques déchets. » Vous semble-t-il normal d’évoquer les exactions comme des dommages collatéraux insignifiants alors que vous vous pavanez paisiblement dans les salons de l’Occident ? A ce point vous avez perdu tout bon sens pour assimiler vos concitoyens à des déchets ? D’abord, qui sont ces déchets ? Sont-ce vos futurs « soldats » armés qui, par erreur, tireront des balles perdues par-ci par-là ?

Ou alors seront-ils les malheureux Kabyles qui recevront ces mêmes balles perdues juste parce qu’ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment ? Eclairez ma lanterne monsieur le Va-t-en-guerre, parce que là… vous avez proféré une bourde aussi monumentale sur un ton si badin que je ne vous ai pas très bien saisi…

Nous sommes convaincus que votre appel ne trouvera pas d’écho parce que les Kabyles sont beaucoup trop intelligents et responsables pour éviter de tels pièges. Mais cela n’amoindrit point la gravité de votre bavure qui servira de couverture politique à des franges occultes du Pouvoir algérien qui attendent la moindre occasion pour embraser notre Kabylie pacifique et justifier leur répression et leurs exactions.

Avec votre déclaration vous pactisez avec le diable, c’est-à-dire ceux que vous prétendez combattre !

Certains de vos disciples prétendent, par naïveté peut-être, que nous exagérons dans cette levée de boucliers contre vous.

Apparemment nous ne savons pas bien écouter et lire la langue française que vous avez utilisée pour lancer votre appel suicidaire. Merci à vous d’insulter nos intelligences ! Donc constituer des « forces de contraintes » et s’arroger les prérogatives des forces armées va se faire avec des pistolets en plastique et des couteaux de cuisine, c’est bien cela ? Ces jeunes Kabyles que vous poussez sur la voie de la violence pour soi-disant se défendre, qui seront-ils ? Quelle formation auront-ils reçue ? De quelle manière exerceront-ils cette force de contrainte ?… Ah oui… j’ai oublié… Ils l’exerceront correctement et consciencieusement en veillant à ne commettre que quelques petites exactions par-ci par-là, n’est-ce pas ?

D’ailleurs les dérapages ont déjà commencé sur la toile ! Les menaces battent leur plein sur les réseaux sociaux. Vos soldats virtuels autoproclamés, tapis dans l’ombre des pseudos Facebookiens (heureusement qu’ils sont une poignée), lancent sans vergogne menaces et insultes contre les militants kabyles qui vous contredisent politiquement. On voit à longueur de journées les « Adrar truc machin », les « Kabyle truc machin », les « Izem truc machin » s’en prendre violemment à ceux qui refusent de s’embarquer dans votre entreprise suicidaire. Je reprends quelques exemples d’« exactions virtuelles » et à vous d’en juger : « Je m’occuperai pour bientôt d’un autre traitre, un autre lâche de Kabylie, un agent d’Ahmed Ouyahia. A suivre… », et en voici un autre : « Nous voulons tous un corps de sécurité 100% kabyle, pour faire régner leqdar et punir les ennemis de la fraternité kabyle, ceux qu’on appelle les KDS ».

Vous êtes content monsieur l’Irresponsable ? Parce que oui, ces inepties que nous venons de lire ne sont que le résultat de votre appel irresponsable.
Ah oui… Nous avons appris par cœur votre réplique classique : les pseudos et les faux profils sont du DRS, ils ne vous représentent pas !
Que reste-t-il donc du héros que vous étiez et qui nous a fait rêver ? Rien sinon des chimères et de vagues souvenirs…

Je suis heureuse que Kateb Yacine, l’Amazigh Algérien, ne soit plus de ce monde pour assister à la métamorphose de son Maquisard de la Chanson en Maquisard de la BÊTISE.

Ferhat le bâtisseur d’hier, je vous regrette !
Ferhat le destructeur d’aujourd’hui, je vous rejette !

Sabrina Zouagui, Béjaia le 8 juin 2018.