Les secrets des événements qui ont eu lieu sur le voilier Virgen del Mar II ont peut-être été emportés pour toujours par Joan F.M. parce que lui seul aurait pu rapporter ce qui s’était véritablement passé entre le 17 et le 29 mai 2018, pendant lesquels il n’avait donné plus aucun signe de vie, avant d’être retrouvé sain et sauf en…Algérie, puis de disparaitre à nouveau pour être retrouvé mort, tout nu, allongé sur le pont de son bateau, avec une blessure due à un fort choc sur la tête.

Vingt-quatre heures après que le navire ait quitté sa base à Lonja Marina Charter, située à côté du port de pêche de Palma de Majorque, sa famille avait affirmé qu’elle n’avait aucune nouvelle de lui et avait lancé une alerte le 17 mai, ni le téléphone mobile ni la radio du navire n’étaient joignables, alors que la balise radio était déconnectée.

Les recherches ont alors été entamées par les garde-côtes espagnols pour retrouver le marin disparu qui a fini par être localisé en Algérie.

Les Garde-côtes algériens, ont précisé à leurs homologues espagnols, que la Virgen del Mar II avait été aperçu le 27 Mai dans le port de Cherchell (dans la Wilaya de Tipasa), et ce pour un réapprovisionnement en carburant, et qu’à ce moment-là Joan F. était en parfaite forme. Informé, Joan F. aurait momentanément réactivé la balise de localisation du Virgen del Mar II.

La mère du navigateur avait même publié une lettre de remerciement aux Sauveteurs Maritimes et au Service Maritime de la Garde Civile.

 »Je suis la mère du navigateur du Virgen del Mar II, qui se trouvait lundi après-midi dans les eaux d’Algérie. Je n’ai pas assez de mots pour remercier le CECORVIGMAR de la Garde civile et du sauvetage maritime, ainsi que le Service national des garde-côtes algériens pour les efforts qu’ils ont déployés pour retrouver mon fils sain et sauf et le ramener chez lui à Majorque.’’

Alors que tout semblait rentrer dans l’ordre et Joan F.M sur son itinéraire de retour vers l’Epagne sans incident notable, un appel émanant d’un autre bateau affirmait avoir repéré le Virgen del Mar II à la dérive un peu après 17 Heures le lundi 28 Mai et qu’il y avait un corps sur le pont.

Cette étrange histoire a été confiée à la garde civile espagnole qui enquête sur les circonstances de cette mort, mais tout indiquerait qu’elle serait due à un accident.

Joan F. aurait probablement glissé sur le pont du bateau nouvellement peint, selon des sources des services de sécurité espagnoles.

Les fonctionnaires qui sont monté à bord du voilier avaient remarqué que la surface du voilier était fraîchement repeinte et glissante, ce qui laisse croire que le marin aurait pu y glisser et tomber violemment sur l’arrière du crâne alors qu’il était entre les iles d’Ibiza et de Majorque.

Pourtant, non satisfaits de ces premières explications, des voix s’activent sur les réseaux sociaux pour tenter de relier cette triste histoire avec celle de la saisie record de cocaïne opérée récemment à Oran.

La théorie qui s’y expose serait celle qui laisserait croire que la drogue devait être jetée par-dessus bord et être récupérée par plusieurs bateaux afin d’être acheminée pour une partie en Espagne…

L’esprit imaginatif et fertile des auteurs de ces scénarios, ne tarit pas en explications et réponses.

Selon eux, voguer en mer sans signaler sa présence est suspect, et seule une négociation qui aurait mal tourné avec les barons propriétaires de la drogue, aurait pu mener à cette fin tragique…

Il a également été rapporté dans la presse espagnole que Joan F.M. aurait rempli le réservoir d’essence dans une station-service du port, ce qui ne correspond pas à la version du capitaine, qui a dit qu’il allait prendre la mer pour quelques heures et que, avant la tombée de la nuit, il retournerait au port.

Une affirmation qui a été largement reprise par les adeptes des théories du complot afin de conforter leurs convictions que Joan F.M serait un élément important dans le dispositif de l’organisation, qui aurait tenté de faire débarquer la cocaïne en Algérie.

Des spéculations bien étrange !