Les langues se délient enfin ! Ce dimanche, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour a lâché un véritable pavé dans la mare. Mieux encore, il fait exploser une bombe et les autorités politiques devront rendre des comptes à propos des dossiers dévoilés par l’homme qui préside en ce moment aux destinées de Sonatrach. 

Dans une déclaration faite au Quotidien d’Oran et parue ce dimanche, le PDG de Sonatrach a affirmé haut et fort que l’affaire BRC  “a été diligentée pour casser Chakib Khelil”, l’ex-ministre de l’Énergie entre 1999 et 2010. “Chakib Khelil n’a jamais accepté que le DRS s’implique dans la gestion des entreprises affiliées à Sonatrach encore moins dans son ministère”, a révélé Ould Kaddour qui casse ainsi définitivement un tabou en relançant le débat sur la véracité des enquêtes menées par les enquêteurs du DRS au sujet des scandales Sonatrach 1 et 2 ainsi que l’affaire BRC à cause de laquelle Abdelmoumen Ould Kaddour a passé 30 mois à la prison militaire de Blida pour des faits qui ont été, par la suite, démentis et invalidés par le tribunal militaire !

Abdelmoumen Ould Kaddour a déploré amèrement la dissolution de la BRC, un épisode tragique au cours duquel 2.000 compétences algériennes ont été chassées de leur boulot les contraignant à quitter le pays ou d’offrir leurs services aux compagnies étrangères alors que le pays a cruellement besoin de leur savoir-faire pour se développer.