Le journaliste Saïd Boudour et le lanceur d’alerte et militant anti-corruption, ancien cadre de l’entreprise portuaire d’Oran, Nourredine Tounsi ne seront finalement pas présentés devant le tribunal d’Abane Ramadane à Sidi M’hamed (Alger). Algérie Part vient d’apprendre que les services de sécurité viennent de décider de les maintenir en détention au commissariat de Bab Ezzouar pour compléter leur enquête. 

Cette mesure surprenante a relancé les spéculations sur le sort de ces deux concitoyens qui ont fait l’objet d’une arrestation très musclée et brutale vendredi dans les rues d’Oran à quelques minutes avant le ftour. Selon nos investigations, Saïd Boudour et Noureddine Tounsi ne seront pas différés devant le Procureur de la République avant lundi.

L’avocat Mustapha Bouchachi continue de superviser ce dossier très complexe relié directement à l’affaire de la saisie record de plus de 650 KG de cocaïne au Port d’Oran, assurent nos sources. Said Boudour et Noureddine Tounsi sont soupçonnés d’avoir fait fuiter des informations compromettantes sur les dessous de cette saisie opérée par les gardes-côtes de l’armée algérienne.

Algérie Part poursuit ses investigations et continue de réclamer la libération de son collaborateur Saïd Boudour et de notre compatriote Noureddine Tounsi, un lanceur d’alerte avec lequel nous avons activement travaillé pour déclencher plusieurs scandales de détournement des deniers publics.