Après avoir fait ses observations, le Fond monétaire international passe aux recommandations. Dans son dernier rapport, le FMI a énuméré les « décisions » que doit prendre le gouvernement algérien en vue de sortir de la crise financière que connaît l’économie de l’Algérie.

Dans son document, le FMI remarque que le recours à la planche à billet « aura comme conséquence probable d’exacerber les déséquilibres budgétaires et extérieurs, d’alimenter l’inflation, d’accélérer  la diminution des réserves de change, d’aggraver les risques pour la stabilité  financière et, en fin de compte, de ralentir la croissance ».

Pour éviter cela, le FMI estime « possible de mener un assainissement progressif des finances publiques dès 2018 sans recourir au financement par la banque centrale, mais en  s’appuyant sur une variété de mécanismes de financement, dont l’emprunt  extérieur pour financer des projets d’investissement sélectionnés avec soin ». Il préconise parallèlement une « dépréciation progressive » du dinar algérien et des mesures pour éliminer le marché parallèle des changes.

Plus récemment, le FMI avait estimé, dans son rapport annuel, que l’Algérie devait prendre des mesures « courageuses » pour sortir de la crise économique. Pis encore, l’organisation de Breton Woods estimait que l’économie algérienne connaîtra des difficultés dans les années à venir.