Il aura fallu du temps pour que les autorités locales de la wilaya d’Alger réagissent enfin. Mais comme le dit si bien l’adage : vaut mieux tard que jamais ! Le Wali d’Alger vient d’ordonner à 54 Mairies de procéder à l’arrachage des panneaux publicitaires illicites de la régie privée AD Display, anciennement appelée Avenir Décoration. 
Comme l’a dévoilé auparavant Algérie Part dans sa précédente investigation, c’est cette même régie privée qui était impliquée dans la mort d’un homme sur la rocade sud d’Alger au niveau du double virage, connu sous la dénomination de « S ». La victime, Omar Hammad, a trouvé la mort le 20 avril dernier lors de l’effondrement brutal d’un panneau publicitaire grand format avec une grue sous dimensionnée qui n’a pas tenu la charge.
Face à ce drame, la wilaya d’Alger ne pouvait pas rester longtemps indifférente car la situation d’une grande partie des panneaux publicitaires de cette régie privée, leader du marché de l’affichage publicitaire en Algérie, est totalement illégale.
Le 22 mai, le Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, passe à l’action. Il adresse à toutes les communes d’Alger une note claire et précise : il faut enlever et saisir au plus vite les panneaux d’AD Display qui sont en situation illicite et procéder aux différents paiements des années impayées . “Le Wali ne le répétera pas une troisième fois !”, rapporte à Algérie Part une source très bien introduite au sein de la wilaya d’Alger. Après plusieurs circulaires, dont la dernière datant de 2016, qui n’ont nullement été appliquées sur le terrain, l’administration de la wilaya d’Alger promet de sévir sévèrement contre les communes qui s’aventurent à ne pas respecter les dispositions de cette nouvelle instruction.
Cette fois-ci, il est réellement question de démonter les panneaux publicitaires concernés par l’appel d’offre de 2006.
Nous avons appris, par ailleurs, au cours de nos investigations que le Wali d’Alger souhaite que les APC soient intransigeantes sur le paiement des redevances et des impayés qui se chiffrent à plusieurs millions de Da en raison du maintien sur le territoire d’une cinquantaine de communes de panneaux illicites qui narguaient les autorités censées protéger et préserver la voie publique.
Une fois n’est pas coutume, les APC de la wilaya d’Alger sont tenus à faire leur choix : le respect de la loi ou le pouvoir de la corruption qui a fait maintenir ces panneaux dans nos rues et sur les abords de nos routes pendant longtemps par la grâce d’une illégalité intrigante.
Les élus sont invités à suivre l’exemple de madame la maire de Bab Ezzouar qui a décidé, sans tergiverser, de mettre en application les instructions de la Wilaya. C’est la parfaite illustration d’une élue qui agit dans l’intérêt de la collectivité. De son côté, Mustapha Sadek, le Wali délégué de Bab Ezzouar semble très attentif au sujet de l’application de l’instruction du Wali d’Alger et souhaite s’engager dans l’assainissement d’une situation où la collectivité est doublement perdante.
Pour rappel, ces panneaux retirés sont en situation illicite depuis plusieurs mois et ne font l’objet d’aucun paiement de redevance depuis plusieurs années. Cela représente un important manque à gagner pour le trésor public, puisque AD Display devait payer une redevance pour chaque commune où elle plantait ces panneaux. C’est pour toutes ces raisons que cette régie publicitaire se retrouvait dans le collimateur des autorités ces dernières années. Mais la sanction tardait en raison des “protections” dont bénéficiait le propriétaire de cette régie publicitaire, Mourad Hadj Saïd, au niveau de certains cercles influents comme le FCE d’Ali Haddad. Le temps de l’impunité est bel et bien fini. Place maintenant à la transparence et la droiture