Dans un nouveau rapport, le département d’Etat américain note des évolutions positives dans la gestion des libertés religieuses en Algérie. Selon les premiers éléments du document, révélés par des sources diplomatiques, les Américains semblent être marqués par « les progrès réalisés par l’Algérie ces dernières années en matière de la tolérance et du vivre ensemble, par rapport au contexte régional ».

Les diplomates américains notent un « climat » de tolérance. « L’Algérie a une bonne réputation avec ses traditions de vivre ensemble », estiment une source diplomatique. « Nous avons noté que le gouvernement a condamné la violence commise au nom de la religion. Il y a un vrai dialogue avec les minorités, le vivre ensemble et l’acceptation de l’autre », ajoutent notre source.

Mais au-delà de cette note positive, le rapport évoque « la fermeture des églises protestantes à Oran et le silence des autorités face aux demandes de mise en conformité déposées par l’église depuis 2018. ». Les Américains ont également exprimé une inquiétude par rapport au sort réservé par les autorités algériennes aux Ahmadis.

En revanche, les Américains ne soulèvent aucune animosité algérienne envers les Juifs, dont le nombre est estimé à 200 personnes. « Nous avons remarquée une évolution du discours, notamment à travers les déclarations du ministre des affaires religieuses sur l’ouverture des synagogues », rappelle-t-on. Une référence au discours du ministre des Affaires religieuses avait affirmé, il y a quelques années, que les Juifs ont le droit d’ouvrir leurs lieux de Culte dans le pays.