Les prochaines élections présidentielles (normalement prévues pour 2019) sont d’un enjeu capital car elles décideront de l’avenir du pays pour une longue période.

SOIT le choix se porte sur le maintien du système actuellement en place, un choix qualifié de << Changement dans la continuité >>Ce choix a toujours ses adeptes, ses partisans, ses relais et ses protections, même si tout le monde reconnait que ce système est à bout de souffle. Mais même à bout de souffle, ce système est toujours et largement capable de se pérenniser. Cette voie dite « nationaliste », s’éloigne de plus en plus de la modernité. Cette voie privilégie le « tout contrôle » et ne fera qu’alimenter la « poudrière sociale »

SOIT le choix se porte sur des forces où le religieux interférera massivement sur la chose politique, où la politique polluera largement la sphère religieuse. Cette voie dite « islamiste » a aussi ses adeptes, ses partisans, ses relais. Cette voie a un projet politique, social, culturel très conservateur et un projet économique flou, imprécis.

SOIT le choix se porte sur une voie qui annonce clairement que l’Algérie entre résolument dans le 21éme siècle. Cette voie a aussi ses adeptes, ses partisans, mais qui sont le plus souvent isolés, sans connexion entre eux. Cette voie existe, sa composante humaine se retrouve dans la jeunesse dynamique, dans la sphère productive entrepreneuriale, dans la sphère scientifique et culturelle, dans les compétences professionnelles, dans la communauté établie à l’étranger (diaspora), dans les associations de la société civile dans la participation des femmes dans le monde du travail…Bref une société civile timide, timorée, mais en mouvement, en plein dans son époque, qui entreprend, qui produit, qui innove, qui crée, malgré toutes les difficultés. Cette société civile autonome constitue la véritable force du changement si un projet clair, transparent, rassembleur, lui est proposé (voir partie IV) 

Ainsi, l’enjeu devient clair :

SOIT l’Algérie entre dans l’histoire et intègre les pays qui progressent dans une mondialisation complexe, tendue, difficile.

SOIT l’Algérie sort de l’histoire et sera rejetée du concert international.

 

Le citoyen algérien, quelque soit son origine, sa condition, a une seule patrie, l’Algérie.

Cette évidence doit faire réfléchir, chacun de nous, sur le « Vivre  Mieux Ensemble » dans le vaste espace qu’est le territoire national.

Le « PAC21 » propose une politique du « Vivre Mieux Ensemble » qui respecte les composantes suivantes : historique, humaine, religieuse, culturelle

 

Composante historique 

L’histoire du pays, depuis l’origine de l’homme (les dernières découvertes archéologiques situent l’origine de l’homme au Maghreb) jusqu’à nos jours est le fil conducteur du récit national qui alimente le « PAC 21 ».

Aussi l’histoire, toute l’histoire du pays (confiée aux historiens), doit être enseignée (berbères, phéniciens, carthaginois, romains, vandales, byzantins, arabes, ottomans, français…) avec ses périodes de dominations, de conquêtes, de résistances, avec ses périodes de gloire et de déclin.

L’histoire contemporaine, confiée aux historiens, (le mouvement national de lutte contre la colonisation jusqu‘à la Proclamation du 1er novembre 1954, la guerre de libération nationale, l’indépendance du pays en 1962 et la jeune histoire de l’Algérie indépendante) doit être enseignée, afin que toutes les générations et plus particulièrement les jeunes générations connaissent l’histoire récente du pays.

Le « PAC 21 » conscient de cet enjeu existentiel s’engage à promouvoir l’enseignement de l’histoire, toute l’histoire du pays, une histoire millénaire, une histoire riche que chaque algérien, toutes générations confondues, doit s’approprier et porter avec fierté.

Cette vision historique du « Vivre Mieux Ensemble » ne signifie pas un retour en arrière vers un passé mythique, ni un retour nostalgique vers un passé récent.

Pour le «PAC21», le passé n’a pas d’avenir, mais l’avenir se nourrit du passé.

 

Composante humaine

De par la situation géographique (au cœur du Maghreb, pont entre l’Europe et l‘Afrique), de par l’histoire : Berbérité, Arabité, Méditerrané, Africanité se conjuguent et constituent les composantes humaines de la population algérienne.

Exclure une des composantes, c’est exclure une partie des Algériens.

Aussi le « PAC 21 » s’attache et s’engage à promouvoir sans exclusive toutes les composantes  de la population algérienne à vivre mieux ensemble, en harmonie, en s’enrichissant les unes des autres.

 

Composante religieuse 

Le peuple algérien, dans sa grande majorité, depuis des siècles, est musulman.

Le message spirituel de l’Islam (Paix, Justice, Solidarité, Savoir, Connaissance, Liberté, Tolérance) s’oppose à une culture religieuse reposant plus sur la forme qui s’est répandue aux dépens d’une pensée religieuse de fond.

Le message coranique est aux antipodes d’une expression radicale, violente et agressive, au projet totalitaire.

Aussi le « PAC 21 » s’engage à promouvoir la culture de l’Islam, qui fait appel au cœur et à la raison, qui n’exclut personne, qui prône  la liberté de conscience (« nulle contrainte en religion »),à la concertation, au dialogue(el hiwar) à la modération, le juste milieu (el wassatiya), à la recherche de l’excellence et de la qualité(el ihsan)

 

Composante culturelle 

De par sa composante humaine multiple, de par son histoire ancienne, l’Algérie possède un patrimoine culturel d’une richesse extraordinaire, dense, variée (patrimoine archéologique, artisanat, calligraphie, poésie, chants, musiques, danses, théâtre, peinture, littérature, cinéma, sculpture, art plastique, bande dessinée…,)

Le « PAC 21 » fort de cette richesse, s’engage à prôner une vie culturelle dynamique (associative et professionnelle) encourageant toutes les formes d’art et de culture concourant à l’épanouissement individuel, collectif et au rayonnement de l’Algérie.

 

En conclusion : Trop souvent << à force de regarder aveuglement l’Orient, ou d’imiter sans discernement l’Occident, nous oublions d’être nous même >>. Soyons-nous mêmes.

Tradition et Modernité ne s’opposent pas. Tradition et Modernité se conjuguent et constituent nos diversités qui donnent tous le sens profond à l’unité nationale

En respectant toutes les composantes, le « Vivre Mieux Ensemble » peut et doit devenir une réalité. Le Vivre Mieux Ensemble  est au cœur même du Changement que propose le <<PAC 21>>

Par le Docteur Bachir MERAD-BOUDIA