Le gouvernement du Maroc, son Roi et sa succursale  de Washington (Moroccan American Center for Policy)  sont en train de dégrossir à l’égard de l’Algérie des épithètes  charriant, chaque jour, autant  d’insolences que d’effronteries. 

Il s’agit   d’hérésies, voire  d’impiétés diplomatiques  produites à satiété, devenant des balourdises irrécusablement gravissimes. Un laïus de bévues de caniveau, inadmissibles …dans le fait qu’elles débordent  en un indubitable langage grossier.  Il n’était pas question  d’un  ministre algérien  ayant été visé, encore moins d’un  gouvernement, mais de tout  l’Etat Algérien et  de son  peuple rondement broyés dans une kyrielle de jugements honteux.

Ici, nous n’avons rien à dire au Maroc Makhziniste.  Nous connaissons parfaitement sa vilenie  depuis le 23 octobre 1557 date à laquelle Hassan Bacha avait décidé d’envoyer  dans l’Atlas  des espions  pour apporter la tête  du  sultan-régisseur de Fez, à cause des se  traîtrises  au profit des espagnoles « agresseurs ».

Donc inutile de rajouter des admonestations au sujet d’un “vassalisme” traditionnel  et c’est  vers notre pays que nous adressons un blâme, un pays caractérisé,  durant ces dernières années,  par un sentimentalisme et par un excès de roulette-russe et  de loyauté ayant permis au gouvernement du Maroc de tirer profit.

 

Mais enfin, c’est quoi ce « pays frère » qui lance contre nous des accusations d’antisémitisme auprès d’organisations juives américaines et à  leur tête  Jewish Telegraphic Agency,  l’Aipac  la Hadassah Internationale  de Rockville (Maryland) et encore  auprès du  Democratic Jewish Council de Washington ?

C’est quoi ce « pays frère » qui nous traite de « danger » pour la paix en   méditerranée  _ et même pour « Israël »_  auprès des membres du Congrès à  l’instar  de  Josh Gottheimer du 5ieme district de  New Jersey, du  démocrate Jamie Raskin  du  Maryland , du républicain  David Kustoff  du Tennessee et  encore d’un autre  républicain en l’occurrence Brad Schneider  de l’Illinois ? .

C’est quoi ce « pays frère » qui habite chez la représentante du Nevada : la congresswoman  pro-israélienne  Jacky Rosen , à qui il disserte sur ses « chattering » de  cancans sur  la tolérance légendaire  marocaine tout en pérorant à  profusion  sur un antisémitisme viscérale des « Algériens » ?

Ouvrons la parenthèse : Si on exclut la période bisbille du colonialisme français, depuis quand les Algériens ont été antisémites ?  Depuis les persécuteurs  Almohades  dont le Maroc veut avoir, tout seul, la paternité … qui pouvait égaler en droits et en prestige les juifs d’Alger, de Constantine et de Tlemcen… qui ?  Les suppliciés de Oued Bouregrag !

Encore  c’est quoi « ce pays frère »  qui nous insulte et qui tire sur nos chouhadas et sur notre révolution, un pays  qui  nous accuse de mercenariat  avec Fidel Castro (même mort) ? « A dirty business »  qui le fait régulièrement  chez  le sénateur anti-castriste d’origine cubaine, le  Républicain de la Floride : Mario Diaz-Balart.

 

C’est quoi « ce pays frère » qui faisait la courbette  chez l’israélienne  Joint Action Committee for Political Affairs en 2005 afin de  lui demander d’intercéder auprès de   Condolezza Rice, pour qu’elle fasse des pressions sur Moscou en vue de la dissuader de nous vendre des armes dites stratégiques à l’Algérie ? 

C’est quoi « ce pays frère »  dont le  Roi Hassan II est allé en juin 1991 jusqu’à recevoir chez lui une délégation sécuritaire israélienne de haut niveau, conduite par son ami  le Francophile Ben Ellissar. Objet de cette réunion : l’avenir de l’Algérie avec le FIS.

 

C’est quoi « ce pays frère » qui, pour plaire à Netanyahou, évoque un déplacement de milices du Hezbollah vers  Tindouf ? On aurait pu accorder à ce barouf de raffuts un minuscule crédit, si on avait  parlé  d’éléments Russes de la Spetsnaz…  Pourquoi ?  Nous n’avons pas assez  d’éléments de l’ANP pour le faire ? Quel dilemme convenons-en ?

 

Avons-nous  de la Hachma  face Maroc pour lui dire  que nous  ne reconnaissons pas ses  réclamations sur le Sahara et que nous soutenons le Polisario aujourd’hui et demain. Et qu’il continue à faire appel à Tel Aviv, comme il l’a fait  quand le sous secrétaire d’État Nicholas Burns  déclarait, à un certain moment, que la proposition de Mohamed VI concernant la large Autonomie au profit  des territoires des Sahraouis, était  sérieuse et crédible ?

 

C’est quoi « ce pays frère » qui des 1968 partageait avec nous la même vision sur la décolonisation du Sahara occidentale, mais qui fit volte face  en 1975 sous l’ordre d’une alliance franco-espagnole pour nous poignarder dans le dos.

 

Avons-nous oublie’ cette histoire  de bloquer l’Algérie pour qu’elle  ne puisse avoir un accès sur l’atlantique… car un accès sur l’atlantique donne à  l’Algérie « des idées » selon la DGSE. En réponse, il fallait trouver la solution dans un  patchwork français misant sur  une intrusion militaro-civile  marocaine et mauritanienne pour « faire le rempart ».

 

Marocanité du Sahara … Accrochez-vous ! « just because » une histoire de bagarre d’une caravane de  sel  à  Tombouctou. Pour un royaume qui,  jusqu’en 1909, n’a pu accomplir une continuité’ territoriale au delà de Oued Draa.           

Par Zouaimia Larbi