« Des milliers d’Algériens sont entrés en prison suite à des procès et des dossiers judiciaires montés de toutes pièces » ! C’est avec ces termes que le célèbre avocat Maître Amine Sidhoum, l’un des responsables du réseau des avocats pour la défense des droits de l’Homme en Algérie, a résumé les tenants et aboutissants de plusieurs affaires judiciaires qui ont défrayé la chronique à partir de 2010.

Sur le plateau de l’Emission Impossible diffusée hier vendredi soir sur Beur TV, Amine Sidhoum a débattu avec le rédacteur en chef d’Algérie Part, Abdou Semmar, à propos de la délicate question des cadres algériens injustement emprisonnés suite à des procès déclenchés dans le sillage d’enquêtes diligentés par l’ex-DRS, le puissant appareil sécuritaire restructuré et dissout depuis janvier 2016.

Lettres anonymes, enquêtes bidonnées, procès fomentés, dossiers préfabriqués, tous les moyens ont été utilisés par la police politique à l’époque du DRS pour emprisonner des milliers de cadres algériens travaillant dans de grandes entreprises publiques ou institutions étatiques. Des cadres qui dérangeait des officiers occultes, des dirigeants véreux ou des lobbys mafieux. Après avoir ausculté le scandale des prisonniers du Port d’Alger, Amine Sidhoum nous parle des secrets de ces autres scandales judiciaires qui ont coûté la vie à des cadres intègres et innocents. A suivre sur cet extrait :