Un premier appel lancé à Abdelaziz Bouteflika pour lui demander de renoncer à un nouveau mandat présidentiel n’a réuni, pour l’instant, que des personnalités connues pour leur opposition au régime en place.

C’est le cas de Djilali Sofiane. Le président de parti Jil Jadid fait de l’opposition frontale au régime un sacerdoce. L’homme a fait partie de toutes les initiatives de l’opposition depuis au moins 2014 avant de se retirer de ces démarches à cause de la participation de ces autres formations politiques aux dernières élections locales et législatives. Sofiane Djilali estimait que la participation aux élections équivaut à une caution de la démarche du pouvoir. Récemment, il a évoqué une nouvelle initiative politique qui s’avère être cette pétition. Il y a trois ans, ce vétérinaire de formation avait déjà sollicité une audience publique au Chef de l’Etat.

Dans la liste des personnalités de l’opposition, Amira Bouraoui fait également figure de « pionnière ». Cette médecin gynécologue a fait partie des personnalités les plus en vue du mouvement «barkat », «ça suffit », lancé en 2014 pour s’opposer justement au 4ème mandat qui se préparait à l’époque.

Le président du parti non-agrée, Nidaa El Watan (appel de la patrie), Ali Benouari, peut être également catalogué dans cette liste d’opposants irréductibles au pouvoir de Abdelaziz Bouteflika. L’ancien ministre du budget du gouvernement de Sid-Ahmed Ghozali a tenté de se présenter à l’élection présidentielle de 2014. Mais l’homme est rattrapé par sa nationalité suisse, acquise depuis plusieurs années. Expert financier international, Ali Benouari intervient souvent dans le débat public pour notamment réclamer un changement de régime politique.

En revanche, parmi les signataires se trouvent deux dames qui ont toutes les deux une carrière de cadre supérieur dans la haute administration. Il s’agit de Zoubida Assoul, qui a créé un parti politique. Elle était juge avant de se devenir avocate. De son coté, Fatiha Benabou a effectué une longue carrière de juge et d’enseignante spécialisée dans le droit constitutionnel. Elle n’a pas d’activité partisane, mais elle intervient souvent dans le débat public.

A coté de ces personnalités politiques, on trouve des noms d’intellectuels très influents comme le journaliste-chroniqueur Saad Bouakba et du célèbre écrivain Yasmina Khadra ou du sociologue Nacer Djabi. Des citoyens algériens d’origines sociales et professionnelles très diverses mais qui partagent tous le souci de voir une nouvelle tête présider aux destinées de l’Algérie.