La direction générale de Sonatrach vient d’établir toute une nouvelle stratégie concernant la gestion de la raffinerie italienne d’Augusta. Selon nos investigations, le plan de Sonatrach prévoit de rentabiliser cet investissement de 700 millions de dollars d’ici 5 ans. Explications. 

On en sait un peu plus sur les intentions de Sonatrach concernant ce projet d’investissement en Sicile où elle a repris à ExxonMobil, le géant pétrolier américain, une raffinerie ainsi que trois terminaux pétroliers situés à Palerme, Naples et Augusta.  

D’abord, Sonatrach a concédé dans son accord la gestion de cette raffinerie à ExxonMobil pendant une période de 10 as. Pour éviter les dysfonctionnements de la mauvaise gestion, Sonatrach a préféré conserver le même management et reconduit dans ses fonctions la même équipe dirigeante. Aucun algérien ne sera donc officiellement impliqué dans la gouvernance de cette raffinerie stratégique. Par ailleurs, Sonatrach a établi un autre accord avec ExxonMobil qui lui permet de commercialiser les lubrifiants fabriqués par le géant américain à partir de la raffinerie d’Augusta.

Il s’agit d’un accord qui donnera un avantage commercial important à Sonatrach dans cette région italienne située sur le territoire de l’Union Européenne. D’autre part, Sonatrach compte exploiter comme il se doit les sites de stockage des trois terminaux pétroliers qu’elle vient d’acquérir. Des sites qui lui permettront de trouver de nouveaux débouchés pour ses produits énergétiques.

Enfin, les équipements d’Augusta permettront à Sonatrach de renforcer la formation de ses ingénieurs en raffinage. Chaque mois, une vingtaine d’ingénieurs seront dépêchés pour apprendre du travail des équipes expérimentées de la raffinerie italienne. A travers toutes ces étapes, la Sonatrach compte tirer profit de cet investissement de 700 millions de dollars auquel elle consent pour ne plus dépendre des importations du carburant.