La hausse des prix des hydrocarbures a fait économiser à l’Algérie plus de 3 milliards de dollars durant les 4 premiers mois de l’année en cours. Selon le CNIS, le centre national de l’informatique et statistiques, dépendant des douanes, le déficit commercial n’a été que de 856 millions de dollars durant la période allant de janvier à fin avril. Le déficit était de 3,8 milliards de dollars durant la même période de l’année passée.

Selon la même source, les exportations ont augmenté à 14,368 milliards de dollars (mds usd) de janvier à fin avril 2018 contre 12,117 milliards usd à la même période de 2017, soit une hausse de 18,6%. Pour les importations, elles ont légèrement reculé à 15,224 mds usd contre 15,995 mds usd à la même période de l`année écoulée, soit une baisse de 4,82%.

Cela ne signifie, pourtant, pas que la structure du commerce extérieur a changé. Les hydrocarbures ont encore représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger (93,71% du montant global des exportations) en s’établissant à 13,45 mds usd contre 11,42 mds usd, soit une hausse de 2,03 mds usd   (+17,8%). Les exportations hors-hydrocarbures restent toujours marginales et se sont établies à 917 millions usd sur les 4 premiers mois de 2018 (6,3% des exportations   globales), même si elles ont augmenté de 31,75% par rapport à la même période de 2017.

Les importations restent toujours marquées par les produits alimentaires. La Pour se nourrir, les Algériens ont importé plus 3,15 milliards de dollars, contre 3 mds usd l’année passée, en hausse de près de 5%.